Unité- Démocratie- Justice sociale

Accueil Contactez-nous Sommaire


Google

 

sur le Web

Sur ufpweb.org

 

Page d'accueil ] Haut ] - Retour sur les origines de la crise ] [ - La transition est-elle en danger ? ]

- La transition est-elle en danger ?


La transition est-elle en danger ?

A proche de l’élection présidentielle, le milieu politique mauritanien est en pleine ébullition, cette effervescence politique est doublée d’inquiétude et d’incertitude sur l’issue de cette période de transition.

Depuis quelques jours des rumeurs de plus en plus persistantes font état d’une prise de position du CMJD ou de son président en faveur de l’un des candidats à l’élection présidentielle de mars 2007. Des rumeurs amplifiées par des personnalités politique et des hommes d’affaire tous proches du pouvoir, qui sillonneraient le pays expliquant à qui voudrait l’attendre qu’elles seraient mandées par ce dernier pour inciter d’autres personnalité locales et autres à se ranger du côté du « candidat » du CMJD.

A la veille des élections municipales et législatives de novembre et décembre derniers les rumeurs similaires avait circulé, mais il semblerait que cette fois-ci l’implication des ministres et des autorités à tous les niveaux aurait pris une dimension plus inquiétante.

Il est donc urgent que le CMJD et plus particulièrement son président rappelle la loi et les obligations : le respect absolu de la neutralité par des autorités politiques et administratives à quelque niveau qu’il soit. Les tensions et les inquiétudes sont telles aujourd’hui, le risque est grand de voir le pays, au lendemain des l’élection présidentielle, se plonger dans une situation chaotique.

Il est de la responsabilité du CMJD et de son président d’éviter à notre pays des lendemains qui déchantent. C’est au peuple mauritanien et lui seul de faire un choix, toute ingérence dans ce choix peut dériver vers une situation catastrophique. Tous les patriotes, tous ceux qui aiment leur pays doivent contribuer l’apaisement, car les exemples de d’autres pays très proches montrent que le pire est à craindre.

La prise du pouvoir par le CMJD le 03 août 2005, les déclarations et engagements qui en ont suivi ont créé un consensus général de la classe politique à la société civile. Cette unanimité a permis de « légitimer » ce coup d’état aux yeux de l’opinion internationale et a permis également de lever toutes les sanctions qui ont frappé notre pays et les condamnations du putsch.

Si après tant d’espoirs, notre pays doit se retrouver dans la même situation d’avant le 03 août 2005, alors on aura fait un coup d’état de plus et pour rien et à quand le prochain ?

Pour apaiser le climat de tension né de cette suspicion de l’absence de neutralité du CMJD et pour mieux préparer l’après transition qui doit se faire autour d’un consensus national (sur les grands dossiers), il est souhaitable et urgent que le président du CMJD réponde favorablement à l’appel lancé, par le Président de l’UFP Mohamed Ould Maouloud candidat déclaré à l’élection présidentielle de mars 2007, le 02 janvier dernier, par la convocation de nouvelles journées de concertation nationale.

La Coalition des Forces du Changement Démocratique (CFCD) est le seul pôle crédible pour le changement, les déclarations, les alliances ou regroupement de partis souvent « carton » n’y changeront rien. C’est la seule coalition qui dispose un programme de gouvernement viable. En restant unie la CFCD qui est majoritaire dans le pays (56% des voix aux municipales et législatives) , gouvernera le pays après les présidentielles avec tous ceux aspirent au changement.

Pour renforcer le camp du changement, la candidature du Président de l’UFP Mohamed Ould Maouloud à l’élection présidentielle de mars prochain offre cette occasion. Elle ouvre l’espoir enfin que notre pays soit dirigé dignement, que les problèmes graves qui minent l’unité nationale trouvent une solution, que des ressources immenses que regorgent notre profitent à tous en particulier au plus démunis, que l’économie nationale ne soit plus entre les mains d’une minorité mafieuse qui la dilapide, bref que la Mauritanie devient un pays respectable et respecté.

La Mauritanie fait face à des défis immenses au plan national et international, elle a besoin d’être dirigée par une femme ou un homme qui dispose des ressources physiques, intellectuelles et morales qui soient à la hauteur des défis. Elle a besoin d’une femme ou d’un homme propre, qui est ouvert, qui sait rassembler et qui met l’intérêt national au dessus de tout.

Beaucoup de témoignages provenant d’horizons diverses (milieu intellectuel, politique, la société civile, des ouvriers, des paysans, des personnalités importantes, des hommes affaires) attestent que le candidat Mohamed Ould Maouloud est l’un des rares parmi les candidats déclarés ou potentiels à l’élection présidentielle de mars 2007 à remplir ces conditions.

Nous, à l’UFP, sommes ouverts, au delà des différences et en dehors de tout esprit partisan, à un large rassemblement autour de la candidature de Mohamed Ould Maouloud. Cet appel s’adresse à tous les mauritaniens et à toutes les organisations démocratiques sans exclusive, pour qu’enfin, ensemble, nous engagions notre pays dans la voie du progrès social, économique, pour que nous vivions dans un pays où tous ses fils se sentiront chez eux et où la justice sera pour tous.

Maréga Baba/France


Page d'accueil ] - Retour sur les origines de la crise ] [ - La transition est-elle en danger ? ]

Pour toute question ou remarque concernant l'Ufp ou ce site Web,
 webmaster@ufpweb.org
Copyright © 2005