Unité- Démocratie- Justice sociale

Accueil Contactez-nous Sommaire


Google

 

sur le Web

Sur ufpweb.org

 

Page d'accueil ] Haut ] - Le Cheval blanc des "indépendants" et le "Mithaq" ] [ - La CFCD et le "Mithaq" ]

- La CFCD et le "Mithaq"


CFCD : Commentaires sur “Mithaq”

 

Dans un communiqué rendu public mardi dernier, la Coalition des Forces du Changement Démocratique (CFCD) a exprimé certaines réserves par rapport à la naissance du regroupement El Mithaq qui comprend outre le rassemblement des indépendants, les partis de l’ex majorité présidentielle. Dans le communiqué, la CFCD dresse les commentaires suivants :

 

1. Si toutes les formations politiques ont le droit inaliénable de se regrouper, elles n’ont en revanche pas le droit de leurrer les citoyens. Ainsi, le chiffre de dix huit partis ne saurait tromper personne puisqu’à la lumière des dernières élections, le poids électoral de la majorité de ces formations s’est révélé insignifiant. D’ailleurs, nombre d’entre elles n’ont même pas participé à la compétition. Celles qui y ont participé n’ont pu réaliser qu’un total de  44% de voix à la liste nationale contre 56 % pour la CFCD.

En vérité, la décision de regroupement de ces partis leur a été dictée, tout comme leur a été dictée auparavant la décision de se séparer.

2. L’allégation selon laquelle le nouveau regroupement détiendrait une majorité parlementaire semble ignorer la réalité et les évolutions politiques qui ont modifié sensiblement la carte politique ces dernières semaines. C’est ainsi que des députés étiquetés ‘‘indépendants’’ sont en pourparlers avancés avec des partis de la CFCD ou les nouveaux candidats à l’élection présidentielle. D’ailleurs, fait plus significatif encore, la base électorale  des députés dits ‘‘indépendants’’  est en train de voler en éclats. Ainsi, des groupes entiers de cette mouvance en Assaba, au Brakna, dans les deux Hodhs, au Guidimagha, au Gorgol, en Adrar et ailleurs  ont rejoint tout récemment la CFCD et les nouveaux candidats.

Affirmer donc détenir une majorité parlementaire dans ces conditions relève de l’illusion et de la duperie.

3. En réalité, le nouveau regroupement n’est autre qu’une mise en scène politico- médiatique destinée à couvrir l’ingérence du CMJD dans le processus électoral pour changer l’issue du scrutin en faveur d’un candidat donné.

Ainsi, les commanditaires de l’opération escomptent faire oublier l’usage abusif des nominations et limogeages, de l’octroi de marchés publics, de pressions de toutes sortes exercées sur les notables, les hommes d’affaires et les fonctionnaires de l’Etat. Mais cette tentative est vouée à l’échec, l’opinion nationale et internationale étant suffisamment avertie et mobilisée.

4. A cette occasion, la CFCD réaffirme son unité et sa cohésion. Son poids électoral, en tant que première force politique du pays, n’est plus à démontrer, qu’il s’agisse des résultats des élections municipales, des législatives locales ou de la liste nationale. Les maires des plus grandes villes du pays sont issus des partis de la CFCD. Ainsi en est-il de Nouakchott, Nouadhibou, Zouérate, Kiffa, Aïoun, Néma, Rosso pour ne citer que ces villes. Ces performances politiques ont renforcé encore davantage la dynamique de changement enclenchée dans le pays. Cette dynamique s’avère aujourd’hui irréversible parce qu’elle traduit la volonté populaire que nul n’a le droit ni le pouvoir de confisquer.

 

Les partis de la CFCD :

- APP

- RC

- MDD

- UFP

- HATEM

- RFD

- RD

- PUDS


Page d'accueil ] - Le Cheval blanc des "indépendants" et le "Mithaq" ] [ - La CFCD et le "Mithaq" ]

Pour toute question ou remarque concernant l'Ufp ou ce site Web,
 webmaster@ufpweb.org
Copyright © 2005