Unité- Démocratie- Justice sociale

Accueil Contactez-nous Sommaire


Google

 

sur le Web

Sur ufpweb.org

 


Déclaration

 

Le 28 novembre 2005, la Mauritanie commémore le 45ème anniversaire de son indépendance.

Cette date qui, en d'autres circonstances, aurait consacré la communion de tous les citoyens dans un élan patriotique de fierté nationale, revêt désormais pour nous une autre signification.

Elle rappelle plutôt souvenirs douloureux et frustrations accumulées ; un drame épouvantable qui continue de ternir ce qui devait être et rester un jour de gloire : plusieurs militaires négro-africains séquestrés, atrocement torturés, dont plus de 500 succombent à une véritable épuration ethnique, le cynisme atteignant son paroxysme un certain 27 novembre 1990, où les tortionnaires se délectent ave joie de la pendaison de 28 sous-officiers et soldats négro-africains. Une manière singulière de célébrer une fête nationale désormais souillée du sang innocent des nôtres.

A nos cris de douleurs et à nos appels angoissés d'alors pour que lumière soit faite sur cette tragédie, que justice soit rendue et que droits soient rétablis, le pouvoir de Maaouiya oppose sans émotion une loi d'amnistie perfide pour étouffer à jamais nos revendications.

Quand survient le 03 août 2005, la chute de Maaouya et l'avènement du CMJD font renaître l'espoir pour tous les Mauritaniens. Nous introduisons deux demandes d'audience auprès du président du CMJD qui, malheureusement, restent à ce jour sans suite.

Si pour les nouvelles autorités, les priorités se trouvent ailleurs, comme elles le répètent sans arrêt, évacuant d'un revers de la main un drame que nous vivons depuis quinze ans, nos inquiétudes se justifient amplement devant une attitude aussi troublante qu'inadmissible. On comprend dès lors qu'aucun signe fort, à l'image des efforts importants réalisés dans de nombreux domaines liés au programme de la transition démocratique, n'ait encore été décelé, qui réponde à nos préoccupations et nous redonne des raisons d'espérer.

C'est pourquoi, en cette circonstance de réjouissance pour certains mais de souvenirs pénibles accumulés au fil des ans pour d'autres, nous réitérons nos revendications pour la justice et le rétablissement des droits imprescriptibles de toutes les victimes de cette répression barbare.

L'unité et la concorde, si nécessaires en cette période de transition et pour un avenir meilleur pour tous les Mauritaniens, valent bien que parmi les priorités, soit inscrite en gros caractère, la recherche de justes solutions à ces douloureux événements. En tout état de cause, nous poursuivrons inlassablement notre juste combat.

 

Liste des sous-officiers et soldats pendus le 28 novembre 1990 à Inal

 

1.                 Adjudant chef      Djigo Abdoulaye

2.                 1ère classe              Samba Baba Ndiaye

3.                 1ère  classe              Ndiaye Samba Oumar

4.                 1ère  classe              Diallo Ibrahima

5.                 1ère classe            Sy Mamadou Hamadi

6.                 Sergent               Mbodj Abdel Kader

7.                 2ème  classe            Samba Coulibaly

8.                 2ème  classe          Diallo Demba

9.                 1ère classe            Thiam Amadou Saïdou

10.            1ère  classe              Sy Mamadou Oumar

11.            1ère classe               Diallo Abderrahmane

12.            1ère  classe            Ly Mamadou Ousmanc

13.            Soldat                  Sarr Alasanne Yéro

14.            Caporal                   Bâ Amadou Mamadou

15.            Sergent                  Lam Toro Camara

16.            Sergent                Bâ Souleymane Moussa

17.            Sergent chef          Bâ Oumar Kalidou

18.            Sergent               Thiam Amadou Mamadou

19.            Sergent                Sali Samba

20.            2e  classe                Diallo Abdoullaye Boye

21.            1ère classe            Dia Cheikh Tidiane

22.            classe                   Soumaré Demba Bocar

23.            1ère classe           Ngaïdé Moussa

24.            1ère classe           Sy Demba Oumar

25.            1ère classe           Lô Ciradio

26.            Sergent                  Ly Adama Yéro

27.            Caporal                   Bâ Djibril Samba

28.            Caporal                   Sy Mamadou Demba

 

Nouakchott, le 25 novembre 2005

Le collectif des veuves


See who's visiting this page.

View Page Stats

Pour toute question ou remarque concernant l'Ufp ou ce site Web,
écrire à infos@ufpweb.org
Copyright © 2005