Unité- Démocratie- Justice sociale

Accueil Contactez-nous Sommaire


Google

 

sur le Web

Sur ufpweb.org

 

Home ] Up ] [ - L'Ufp à travers la presse ] Flam et CR ] MND et nassériens ] - Le MND et les Flam ] - Les héritiers du MND et les autres ] - Flam et Flam-Rénovation ] - les mises aux point de l'Ufp à  la presse ]

- L'Ufp à travers la presse


- Interviews du SG du Parti, député
- A propos des voies de changements ....
- Cartes sur table
- L'Ufp à travers la presse
- Le président de l'Ufp sur la présidentielle 2003
- Mohamed Maouloud : pourquoi UFP ?
- Pour une opposition responsable
Ensemble ... suite
Interview de Ould Maouloud et de Gourmo Lô
Paroles d'élus
Sy Samba au Rénovateur
Thiam ousmane à "Echanges"


1. Pour un débats sur de grands problèmes de l'heure

Morceaux choisis

1. Ensemble, conjurons les dangers et construisons l'avenir !

Par Mohamed O. Maouloud, Md El Moustapha O. Bedreddine et Bâ Boubacar Moussa

(Calame n° 175 du 8 avril 1997)

Le passif relatif aux droits des personnes, la question de l'esclavage et les passions qu'elle suscite, la compétition autour de la gestion des terres de cultures, sont autant de sujets préoccupants qui continuent de marquer la vie des Mauritaniens. Plus récemment, les résultats des élections législatives d'octobre 96 ont engendré des déceptions profondes au sein de l'opinion publique, enlevé tout crédit au processus démocratique: les possibilités d'ouvrir, enfin, des espaces de concertation, de recherche de solutions consensuels salvatrices, porteuses du salut national, ont semblé alors dangereusement compromises. Il en a découlé un fort courant pessimiste au sein de l'opinion publique, et un désarroi des plus inquiétants au niveau de l'intelligentsia. S'ajoutant à cette atmosphère préoccupante, la montée des prix de denrées sensibles aggrave les inquiétudes et les conditions de vie misérables de l'immense majorité des citoyens tandis que le nombre de ceux qui se partagent l'essentiel des richesses nationales se rétrécit de plus en plus. (esclavage, droits de la personne, problèmes de terres, etc.). L'interdiction de la marche de l'opposition durant le mois de mars, le préavis de grève du syndicat des enseignants du secondaire (SIPES) et les mises en résidence surveillée de quelques uns de ses responsables, l'occupation du siège du syndicat, l'arrestation d'une dizaine d'étudiants, le quadrillage impressionnant des rues par les forces publiques, entament gravement les libertés démocratiques que les citoyens croyaient définitivement acquises. C'est dire qu'un faisceau de facteurs se conjuguent, des nuages s'amoncellent et annoncent des différends de société dont il convient de cerner l'ampleur et les enjeux afin que leurs développements enfantent de nouvelles règles du jeu démocratique porteuses de progrès. Cela n'est possible que si l'ensemble des acteurs en présence, ou la majorité d'entre eux tout au moins, ont conscience du fait que d'autres facteurs mettant en cause l'existence du pays et l'unité de son peuple se développent en même temps et qu'il convient d'y faire face, faute de pouvoir les conjurer. Pour mesurer la dimension des difficultés présentes et les efforts considérables qu'elle exige des Mauritaniens soucieux de l'avenir de leur pays, essayons de voir de plus près quelques uns des traits essentiels du contexte international, de la situation du continent et de la sous-région.

Lire la totalité de l'interview

2. Ensemble, surmontons crises, différends et conflits pour le salut de la Mauritanie Par Mohamed O. Maouloud et Bâ Boubacar Moussa

(Calame n° 198 du 1er octobre 1997)

La déclaration d'un groupe de cadres nationalistes arabes, d'obédience nassériste, datée du 8 septembre 1997, occupe le devant de la scène politique. Les prises de position contenues dans ce document et les réaménagements politiques qu'il suscite au niveau du pouvoir et dans ses multiples démembrements (gouvernement, administration centrale, forces armées, etc.) retient l'attention de l'opinion publique nationale. L'ensemble des courants d'opinion politiques sont interpellés car la confrontation entre ceux qui détiennent le pouvoir dans notre pays et leurs alliés nasséristes pourrait impulser des changements notables dans le contenu de la politique du pouvoir, dans la manière dont il devra traiter des questions essentielles pour le pays, de même que dans la recomposition du paysage politique. L'histoire et la pratique du nationalisme arabe dans notre pays remonte à plusieurs décennies. La grande majorité de la jeunesse n'en a pas connaissance ou l'appréhende peu et superficiellement. Les adultes ont besoin d'en faire le point et tous les citoyens gagneraient à s'instruire profondément des leçons que cette expérience inspire. En étroite liaison avec l'histoire politique du pays, nous tenterons d'en traiter dans la première partie de notre contribution. Le pays traverse une période particulièrement délicate de son histoire dont les enjeux majeurs méritent des débats larges et profonds, ainsi qu'un large consensus et la mobilisation de l'ensemble des composantes de notre pays pour sauver la Mauritanie des menaces qui pèsent sur son existence et sur l'unité de son peuple. C'est en ayant en vue ces considérations et pour réaliser ces objectifs que les parties prenantes à la confrontation en cours au sein du pouvoir, ainsi que tous ceux qui se sentent concernés par son issue devraient envisager les solutions à rechercher. Ce sera l'objet de la seconde partie de notre contribution. Lire la totalité de l'interview

2. Polémiques

Morceaux choisis

1. Le MND reprend la parole Par Mohamed O. Maouloud et Bâ Boubacar Moussa

(Calame n° 201, 28 octobre 1997)

La déclaration d'un groupe de cadres nationalistes arabes, d'obédience nassériste, datée du 8 septembre 1997, occupe le devant de la scène politique. Les prises de position contenues dans ce document et les réaménagements politiques qu'il suscite au niveau du pouvoir et dans ses multiples démembrements (gouvernement, administration centrale, forces armées, etc.) retient l'attention de l'opinion publique nationale. L'ensemble des courants d'opinion politiques sont interpellés car la confrontation entre ceux qui détiennent le pouvoir dans notre pays et leurs alliés nasséristes pourrait impulser des changements notables dans le contenu de la politique du pouvoir, dans la manière dont il devra traiter des questions essentielles pour le pays, de même que dans la recomposition du paysage politique. L'histoire et la pratique du nationalisme arabe dans notre pays remonte à plusieurs décennies. La grande majorité de la jeunesse n'en a pas connaissance ou l'appréhende peu et superficiellement. Les adultes ont besoin d'en faire le point et tous les citoyens gagneraient à s'instruire profondément des leçons que cette expérience inspire. En étroite liaison avec l'histoire politique du pays, nous tenterons d'en traiter dans la première partie de notre contribution. Le pays traverse une période particulièrement délicate de son histoire dont les enjeux majeurs méritent des débats larges et profonds, ainsi qu'un large consensus et la mobilisation de l'ensemble des composantes de notre pays pour sauver la Mauritanie des menaces qui pèsent sur son existence et sur l'unité de son peuple. C'est en ayant en vue ces considérations et pour réaliser ces objectifs que les parties prenantes à la confrontation en cours au sein du pouvoir, ainsi que tous ceux qui se sentent concernés par son issue devraient envisager les solutions à rechercher. Ce sera l'objet de la seconde partie de notre contribution. Lire la totalité de l'interview

2. Gourmo à Flamnet

" ... les anciens du MND que nous sommes, sommes sereins face aux attaques brutales et calomnieuses et n'éprouvons aucune mauvaise conscience vis à vis de notre passé. Par contre, ceux qui ont entraîné leurs frères d'armes dans l'aventurisme, leurs congénères et leurs concitoyens dans l'engrenage des règlements de compte en donnant aux chauvins le Prétexte absolu dont ils rêvaient pour « casser du L'Kwar » et envenimer durablement les contradictions au sein du peuple parce qu'un « marabout » aurait lu dans ses canaris qu'ils pourraient, le jour J, se lancer victorieusement à l'assaut de la citadelle ennemie comme de vaillants guerriers, ceux là ne devraient pas dormir aujourd'hui du sommeil du juste ou encore moins parader. Ce sont eux qui méritent d'être dévorés par leur mauvaise conscience jusqu'à la fin de leurs jours. Qu'ils ne se donnent donc pas le beau rôle en distribuant des jugements de valeur : qu'ils disent devant leurs compagnons d'armes jetés en pâture aux chauvins, devant leur ethnie et leur peuple, leur propre irresponsabilité criminelle." Lire la totalité de l'interview

3. Sur l'actualité

Sur l'initiative pour des recontres nationales

Par Mohamed O. Maouloud

(Eveil-Hebdo fin octobre 2002)

... nous avons pris tout le temps nécessaire pour obtenir l'assentiment de toutes les parties et particulièrement celui des formations qui avaient exprimé de fortes réserves sur notre initiative à savoir le RFD, d'une part, et le Prds, de l'autre. Dès le lancement de notre initiative, le 12 août, pris soin de discuter avec eux de ces réserves. Et je peux vous dire que nous avons eu des discussions avec le Rfd durant tout le mois de septembre qui a abouti quasiment à un accord complet sur le principe du dialogue entre l'Opposition et le Pouvoir et même sur les modalités pratiques que nous proposions. Pour l'essentiel, il n' y avait plus de grandes divergences. Donc, nous considérions qu'avec le RFD, il y avait un accord quasiment complet. Le seul point qu'ils ont émis comme réserve c'était de dire que nous devons, dans les résultats attendus, prévoir un code électoral nouveau. A l'Ufp cela ne nous dérangeait nullement, au contraire... Lire la totalité de l'interview


Home ] [ - L'Ufp à travers la presse ] Flam et CR ] MND et nassériens ] - Le MND et les Flam ] - Les héritiers du MND et les autres ] - Flam et Flam-Rénovation ] - les mises aux point de l'Ufp à  la presse ]

See who's visiting this page.

View Page Stats

 

Pour toute question ou remarque concernant l'Ufp ou ce site Web,
écrire à admin@ufpweb.org
Copyright © 2005