Unité- Démocratie- Justice sociale

Accueil Contactez-nous Sommaire


Google

 

sur le Web

Sur ufpweb.org

 

Home ] Up ] - Interviews du SG du Parti, député ] - Mohamed Maouloud : pourquoi UFP ? ] Thiam ousmane à "Echanges" ] [ Sy Samba au Rénovateur ] Interview de Ould Maouloud et de Gourmo Lô ] - Pour une opposition responsable ] - Le président de l'Ufp sur la présidentielle 2003 ] - A propos des voies de changements .... ] Ensemble ... suite ] - Cartes sur table ] Paroles d'élus ]

Sy Samba au Rénovateur


M. Sy Samba est une figure bien connue dans le microcosme politique de Boghé. Membre fondateur de l’UFP, actuel député de ce parti à la faveur des élections législatives d’octobre 2001, il nous livre son expérience de parlementaire au sein de l’hémicycle où l’opposition a du mal encore à faire entendre sa voix.


Le Rénovateur : Depuis un an et demi, vous siégez à l’Assemblée Nationale. Quel jugement portez-vous sur cette institution de la République ?

Sy Samba : Je tiens avant d’entrer dans le vif du sujet à remercier votre journal pour cette opportunité qui me permet de renouer le contact avec la presse et de répondre à un certain nombre d’interrogations qui interpellent aujourd’hui tout un chacun. Pour revenir à votre première question, je dirai simplement que j’ai été élu député du département de Boghé à la suite d’élections qualifiées de libres et transparentes. Une première dans l’histoire politique de notre pays et aussi à la suite d’une parfaite mobilisation de toutes les forces du changement de notre département. Comme vous l’imaginez, l’expérience de la vie parlementaire méritait bien d’être tentée. J’ai en effet vécu cette expérience avec mes dix autres camarades députés de l’Opposition. Un double sentiment m’a animé durant mon passage à l’hémicycle : sentiment de fierté et de frustration. Fierté de jouer le rôle de porte voix des sans voix, fierté d’aider à l’instauration du débat contradictoire à l’Assemblée. Par contre, nous n’avons jamais été bien compris par nos collègues de la Majorité Présidentielle qui nourrissaient des préjugés défavorables à notre endroit, à tort bien sûr. Les conséquences c’est que nous avons connu des moments difficiles dans l’exercice de notre fonction. Notre apport dans l’appréciation des problèmes nationaux et dans la recherche de leurs solutions a été bien approuvé par l’opinion nationale.

Le Rénovateur : Quels sont les problèmes que vous avez posés lors des débats à l’Assemblée depuis votre élection ?

Sy Samba : Je ne peux pas exposer les problèmes que nous avons eu à poser lors des débats à l’Assemblée Nationale. J’esseyerai de vous en énumérer quelques-uns. Il y a lieu de rappeler au passage le rôle primordial du parlementaire qui est de légiférer, c’est à dire de voter des lois après leur examen approfondi. Les lois ou projets de loi allant dans le sens des intérêts supérieurs de la Nation sont soutenus et votés naturellement. Ceux qui par contre nuisent aux intérêts de nos populations ou remettent en cause leur espace de liberté sont rejetés par un vote négatif. Cela donne un sens à notre combat quotidien. Outre ces projets de loi, j’ai posé et défendu des problèmes d’ordre économique. L’acuité de ces problèmes dans notre pays doit amener le pouvoir à assimuler des leçons de l’expérience et surtout à prendre en charge les réalités mauritaniennes. Nous avons estimé qu’un système économique viable et performant ne peut se développer dans les conditions de notre pays que s’il part de certains postulats :

- promouvoir une complémentarité dans la coexistence entre les secteurs privé et public.

- rompre avec cette mentalité qui a toujours caractérisé l’économie nationale et qui s’est traduite par le développement de l’affairisme, de l’esprit mercantile et du gaspillage des ressources.

- Privilégier l’agriculture qui doit constituer le pilier central de l’économie nationale parce qu’elle concerne la majorité des Mauritaniens, offre les plus grandes potentialités d’emplois et intervient directement dans le renforcement de l’indépendance nationale par la sécurité alimentaire.

- Revoir notre système éducatif qui reste extrêmement coûteux, peu fonctionnel, de par son inadaptation aux exigences mauritaniennes de développement, souffre d’un manque cruel d’enseignants mauritaniens qualifiés et d’incohérence. Nous avons aussi parlé des droits de l’homme, de la bonne gouvernance, des libertés démocratiques, de la sécheresse avec son corollaire la pauvreté devenue endémique, de la santé pour tous, de la justice sociale, du renforcement du dialogue social de la moralisation de la vie politique et économique. Bref la liste est longue. Vous comprenez aisément que nous n’avons pas du tout chômé.

Le Rénovateur : En novembre dernier, l’UFP s’est retirée du groupe parlementaire de l’Opposition. Pouvez-vous revenir sur les raisons de ce divorce ?

Sy Samba : L’UFP est un parti démocratique où le dialogue, la tolérance et le compromis sont les maîtres mots de sa politique. Soucieux du devenir de ce pays, de l’unité de son peuple multinational, mon parti à eu le privilège n’en déplaise à ses détracteurs, de proposer un cadre de concertation permanente d’abord au niveau de l’Opposition et ensuite à un plan plus élargi touchant la majorité présidentielle. Vous connaissez la suite. L’UFP s’était fixée pour objectif de moraliser la vie politique de notre pays. La réponse du RFD sans le nommer à travers son chef fut de prendre le contre pied de l’initiative de mon parti en proposant un autre cadre de concertation de l’opposition sans l’UFP. Une chose inacceptable et provocatrice. L’UFP, fidèle à ses principes et à son sens élevé du devoir, a tenté en vain de calmer les ardeurs des uns et des autres et de ramener nos détracteurs à de meilleurs sentiments. Nous étions devant un choix : accepter le fait accompli dans la poursuite du dialogue tout en misant sur le temps. Il serait bon de rappeler que la mise sur pied du groupe parlementaire de l’opposition revient à l’UFP. Pouvons-nous dissocier la vie de ce groupe de celle des partis politiques représentés à l’Assemblée nationale ? L’UFP écartée du cadre de concertation de l’opposition pouvait-elle rester dans le groupe parlementaire des onze ? Je réponds non. Le temps de prendre nos responsabilités était venu. Nous les avons prises au moment propice en publiant une déclaration historique annonçant notre retrait de ce groupe parlementaire de l’Opposition non sans regret.

Le Rénovateur : aux prochaines échéances présidentielles, l’UFP envisage-t-elle de présenter son candidat ? Est-ce qu’elle mène des consultations avec les autres partis d’opposition dans la perspective d’une candidature unique ?

Sy Samba : Cette question n’est pas encore de l’ordre du jour au sein du parti. Je peux affirmer sans risque de me tromper que l’UFP continuera à rechercher l’Unité de l’opposition dans sa diversité et poursuivra sa politique de dialogue et de compromis national quelle a engagée avec le pouvoir en place, ceci avec courage, lucidité et esprit de dépassement. Mon parti oeuvrera pour l’organisation d’élections présidentielles pluralistes, transparentes et apaisées au seul profit de notre cher pays.

Le Rénovateur : Depuis le 20 mars, les forces anglo-américaines mènent une opération destinée à «libérer l’Irak» sans l’aval du Conseil de Sécurité de l’ONU. Quelle est la position de votre parti sur cette intervention ?

Sy Samba : Depuis le 20 mars comme vous dites nous assistons à une guerre que je qualifie de génocide sans précédent. L’UFP a toujours prôné et privilégié le dialogue des peuples, des civilisations et des cultures. Malheureusement une suprématie en l’occurrence les USA a fait fi de toutes ses valeurs et a rappelé que la raison du plus fort reste toujours la meilleure. Les forces anglo-américaines ont dit non à la légalité internationale, non au conseil de sécurité, non aux droits de l’homme, non à la paix et oui à la guerre contre tous. S’il est vrai que le peuple irakien ne mérite pas d’avoir à sa tête un dictateur hors du commun; il est aussi vrai que ces fauteurs, je dirai ces seigneurs de la guerre ont raté leur cible en confondant un dictateur et son peuple. Le peuple d’Irak qu’on vient d’humilier et d’exterminer au nom du pétrole ou d’une prétendue libération, aspire à la paix, à la sécurité et à la démocratie. Pleine et entière. Mon parti ne peut que regretter ce qui se passe actuellement en Irak. Il a manifesté sa désapprobation face à cette guerre injuste et illégale à travers des manifestations grandioses de soutien au peuple irakien martyr.

Je ne saurai terminer cet entretien san remercier une fois de plus votre Journal pour les heureuses initiatives qu’il ne cesse de prendre. La presse doit être un organe de régulation de la vie d’une nation. Personnellement, en tant que lecteur du Rénovateur, je vous demande de continuer à informer sans déformer. Merci.

Interview réalisée par

Dia Abdoulaye


Home ] - Interviews du SG du Parti, député ] - Mohamed Maouloud : pourquoi UFP ? ] Thiam ousmane à "Echanges" ] [ Sy Samba au Rénovateur ] Interview de Ould Maouloud et de Gourmo Lô ] - Pour une opposition responsable ] - Le président de l'Ufp sur la présidentielle 2003 ] - A propos des voies de changements .... ] Ensemble ... suite ] - Cartes sur table ] Paroles d'élus ]

See who's visiting this page.

View Page Stats

 

Pour toute question ou remarque concernant l'Ufp ou ce site Web,
écrire à admin@ufpweb.org
Copyright © 2005