Aveu  et amertume de Ould Bredileylil,

0
92
On se rappelle encore en mai 2008,  une série d’articles, préparés et diffusés par Ould Bredileylil  à cadence régulière dont l’objectif  avait été de contribuer ou de favoriser un climat malsain délétère dans le pays et comme finalité d’aider un groupuscule de parlementaires et une poignée d’officiers dirigé par le général Ould Abdel Aziz  en rébellion contre le président de la république, démocratiquement élu, Sidi Ould Cheikh Abdallah, de passer à l’action de démantèlement de l’espoir naissant d’une démocratie dans le pays. L’espoir qui avait été très largement salué dans le monde entier.
C’est ainsi que dans le dernier article de la série du mois de mai 2008, Ould Bredileylil l’avait conclu en ces termes : le Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi doit être renversé pour avoir trahi sa majorité. Il s’agit là d’une coopération effective de M.  Ould Bredileylil et de sa mouvance baathiste à une entreprise non seulement de déstabilisation du pays à travers sa participation au renversement d’un Président démocratiquement élu, mais aussi à l’anéantissement de l’espoir né de cette élection. Certainement l’histoire retiendra le rôle joué par cette mouvance et son leader dans la situation chaotique que vit aujourd’hui la Mauritanie.
Mohamed Yehdih Ould Bredeylil, le  théoricien du coup d’État du 05 août 2008 contre l’institution démocratique, dans un récent article intitulé:  «  Le régime actuel ne peut durer s’il persiste dans les mêmes méthodes » en date 31/10/17, avoue clairement, leur soutien, leur collaboration et leur participation au régime actuel.
Dans cet article Ould Bredileylil prétend que le régime de Ould Abdel Aziz a beaucoup de points positifs, il cite, en particulier sa politique de réforme de l’état civil qu’il considère comme l’une des réalisations la plus importante. Et puis il cite quelques points négatifs, notamment l’inexistence d’une véritable vision, l’absence d’une véritable politique promotion de la culture et la langue arabe et sa généralisation à tous les secteurs– les autres composantes, leurs cultures et langues sont superbement ignorées ou n’existent peut être pas pour lui- On s’en doutait, l’accentuation de la politique discriminatoire et chauvine de ces dernières années illustrée par exemple dans les nomination, dans le recensement -qui a transformé de milliers de mauritaniens apatrides dans leur propre pays et à l’extérieur-  pourraient ainsi trouver en partie une explication.
Mais la cible principale de Ould Bredeylil a été l’opposition, qu’il traite avec mépris, et il l’accable avec une certaine  véhémence inattendue et prétend même qu’elle ne représente rien. Ce qui semble aussi préoccuper notre leader baathiste dans cet article et qui  le rend plus amère  c’est l’attente qui lui paraît probablement interminable  sans obtenir des récompenses  qui soient à la hauteur de ses contributions et de ses espérances. Il semble très insatisfait, probablement parce qu’il n’aurait pas obtenu les hautes responsabilités ou postes qu’il aurait souhaité  et attendu depuis,  alors que la fin du mandat s’approche. Donc le désespoir d’obtenir les nominations attendues  semble prendre le pas sur l’espoir . D’où peut être cette sortie nerveuse.
Ce qui est donc surprenant et remarquable dans cette sortie de  notre compatriote et homme  politique de haut rang c’est son entrisme. Ses préoccupations du moment semblent se tourner autour des gains  de postes. Ni la situation de déconfiture de l’Etat, ni la mise en causes des libertés fondamentales – les emprisonnements, les privations de libertés des sénateurs, des journalistes et des syndicalistes , ni le système de corruption à grande échelle ne le préoccupe, et même pas un mot sur la sécheresse qui  pointe à l’horizon et qui pourrait avoir des conséquences dramatiques sur le monde rural et sur le pays.
Qu’Allah préserve ce pays des incendiaires de la maison commune.
Marega Baba/France

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here