Communiqué des organisateurs de la marche pacifique de la jeunesse Mauritanienne

0
269

 

MPJM – La répression policière qui s’est abattue avec une violence inouïe sur notre marche pacifique du dimanche 16 avril dernier montre à quel point les autorités du pays sont en perte de sang-froid. 

Contrairement aux emballements médiatiques des laudateurs du système, notre marche n’est téléguidée par aucune officine politique que ce soit. Notre mobilisation est le simple fait d’une jeunesse mauritanienne unie dans sa diversité, qui réclame des mesures concrètes pour améliorer leurs conditions d’existence et pour leur garantir un avenir moins sombre dans leur pays.

Ceux qui nous accusent de discours haineux font dans la rhétorique habituelle d’une oligarchie incapable de répondre aux revendications légitimes des jeunes, autrement que par le dénigrement ou le détournent de propos. De telles méthodes seront inopérantes dans le cas présent et ruissèleront de toute façon sur la carapace de notre détermination.

En vérité ce qui gêne nos détracteurs, c’est de devoir faire face à une jeunesse issue de toutes les couches de notre société et qui refuse d’être divisée. Et cela, ni la répression sélective, ni les accusations fallacieuses d’une certaine presse aux bottes du système n’y changeront quoi que ce soit. Nos revendications sont claires et sont sur la table ; il appartient au pouvoir d’y répondre de façon responsable.

Quant à l’arrestation de nos camarades dont dix (10) ont fait l'objet d'un mandat de dépôt ce lundi 17 avril au parquet de justice, nous la condamnons avec la dernière énergie car elle est profondément injuste. L’accusation de violence policière contre certains d’entre eux est tout simplement contraire à la vérité. 

Pas plus que l’accusation d'organisation d'une marche non autorisée puisque toutes les dispositions légales avaient été prises conformément à l’article 10 de la Constitution. Nous détenons toutes les preuves de cette démarche.

Notre mobilisation pour la libération de nos camarades sera totale. Une conférence de presse est prévue ce Mardi 18 avril au siège de la FONADH, près de l’hôtel Khater à partir de 16h.

Par ailleurs, nous appelons l’ensemble de la jeunesse à rester fidèle à l'esprit pacifique de notre dynamique et à ne jamais se départir de son calme et de son sang-froid face aux provocations.

Signataires :

– Khally Diallo – journaliste
– Abdel Nasser Beibe – journaliste, ambassadeur de la commission internationale des droits de l’homme IHRC et ambassadeur de la fondation de la pensée arabe en Mauritanie
– Mamadou Aly Diallo, Chargé de communication activiste
– Amadou Aly Ba, Ingénieur Informatique
– Youssouf Diarra : Coordinateur/Superviseur Education-Développement et activiste 
 Hawa Ba, chargée de marketing et communication
– Alassane Ba, Activiste
– El hadj Malick Diop, Manager de projets
 Amadou Diallo Président du groupe facerim
– Tidjani Hamet Mangassouba, activiste
– Yacoub Ahmed Lemrabet Aactiviste

 

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here