Mauritanie : Devons-nous rester passifs face à une nouvelle forme de crime contre l’humanité en cours

0
208

Marega Baba – C’est bien connu « quand on veut dominer ou anéantir un peuple, on le maintient dans l’ignorance et on lui instaure comme mode gestion ou de gouvernance de la cité la corruption à tous les étages ». Assistons-nous crédule à l’application à la lettre de cette stratégie destructrice par le gouvernement en place ?

En Mauritanie, le pouvoir, après avoir rendu l’accès à l’état civile un parcours du combattant aux citoyens mauritaniens, voire impossibles pour de dizaines de milliers d’autres. Désormais le gouvernement mauritanien exige à leurs enfants qui souhaitent accéder le collège et le lycée, la présentation de leur carte nationale d’identité (CIN). Une condition désormais rendue obligatoire pour toute inscription dans les établissements publics ou pour se présenter à un examen quelconque (même pour les enfants de dix ans).

Tout le monde en convient aujourd’hui que la situation de l’éducation nationale est désastreuse et les résultats des examens nationaux sont un indicateur éloquent de ce grave marasme. Les niveaux scolaires des élèves et des étudiants sont très inquiétants pour l’avenir de ce pays.

Ce désastre en cours résulte d’une éducation nationale caractérisée par le laxisme, l’anarchie et la corruption – comme dans les autres secteurs de l’Etat- des milliers d’enseignants sont affectés complaisamment un peu partout dans d’autres secteurs. Il s’agit en fait d’un sabotage généralisé et systématique de l’éducation nationale.

Mais le seuil de la décadence vient d’être entamé. En effet depuis quelques mois, le gouvernement mauritanien dans sa vision stupide voire criminel, innove dans les mesures destructrices contre son peuple : jamais un pouvoir, fit-il de malfaiteurs, dictatorial ou despotique ne prend comme cible l’éducation des enfants. Dans quel pays au monde, on impose pour le droit à l’enseignement, à l’éducation d’un enfant de dix ans une CNI ?

Empêcher un enfant l’accès à l’éducation, l’accès au savoir, l’accès à la connaissance c’est l’installer dans l’ignorance, dans médiocrité et au final dans le décrochage social et la délinquance. Ce n’est donc pas moins une forme de crime contre l’humanité. Surtout pour pouvoir se proclamant musulman et qui dirige un Etat musulman et lorsqu’on sait que « la recherche du savoir est l’un des premiers versets coranique ».

Une mesure qui a naturellement provoqué une grande stupéfaction des familles qui forment depuis un certain temps, de longues files devant les centres d’enrôlement de Nouakchott et à l’intérieur du pays, afin d’obtenir le nouveau sésame scolaire. Ceux des parents qui n’ont pas eux même pu accès encore l’état civil, c’est le désarroi le plus total.

Mais face à un gouvernement de cette nature, les mauritaniens dans leurs ensembles peuvent-ils continuer à accepter dans indifférence que le peuple mauritanien soit soumis à une telle arme de destruction massive qui n’épargnera personne au final ?

Maréga Baba/France

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here