Session ordinaire du BE : Résolution sur quelques questions d’actualité

0
504

Au cours de sa session ordinaire des 05 et 06 Août 2016, le Bureau Exécutif de l’UFP a examiné les questions suivantes :

– A propos du dialogue

Le Bureau Exécutif a réaffirmé son soutien aux efforts entrepris par le Forum National pour la Démocratie (FNDU) et l’Unité, son refus de tout dialogue unilatéral et sa réclamation pour un dialogue sérieux qui ouvre la voie à l’alternance démocratique.

– A propos de la situation sociale

Le Bureau Exécutif a constaté qu’elle est devenue de plus en plus préoccupante en raison de la dégradation accélérée des conditions de vie des populations :
La cherté de la vie et la chute vertigineuse de leur pouvoir d’achat, la hausse considérable du chômage en particulier celui des jeunes, l’enlisement du problème de la Gazra, la spoliation des terres paysannes, l’exode massif des populations rurales vers les grandes villes, l’explosion de la criminalité, les compressions massives des travailleurs, le délitement des secteurs vitaux de l’éducation et de la santé sont autant d’ingrédients d’une situation explosive. L’ensemble de ces facteurs sont aggravé par les tracasseries d’une administration caractérisée par une incurie en particulier celle de l’ Agence Nationale des Registres des Populations et des Titres Sécurisés (ANRTPS) qui se joue au quotidien du sort et des droits des citoyens à travers une gestion privée, chaotique et opaque.
Le BE dénonce cette gestion non transparente sans règles prédéfinies et réclame une révision générale de toutes les procédures de l’Etat-civil afin que cette administration soit réellement au service des citoyens.

– A propos des scandales de corruption

Au cours seulement des dernières semaines plusieurs scandales de détournement, de corruption et de mauvaise gestion ont marqué l’actualité. Contrairement aux prétentions du pouvoir, cela met à nu l’étendue de la gestion désastreuse des ressources nationales qui n’épargne aucun secteur de l’Etat, sans oublier l’organisation du sommet arabe où d’importants marchés de l’Etat ont été attribués dans l’opacité par la formule de gré à gré.
Le Bureau Exécutif fait porter l’entière responsabilité de cette gabegie au pouvoir en place, qui, soit fait obstacle, soit étouffe toute enquête transparente sur les scandales de corruption et de détournement.

– A propos des tensions identitaires

Elles sont aujourd’hui la conséquence de la politique de manipulation du régime à travers la gestion chauvine et discriminatoire des questions de l’éducation, de l’emploi, de l’administration, des médias, d’une part, et des discours qui incitent à la haine et qui poussent à la confrontation raciale, ethnique ou tribale, d’autre part.
Notre parti continuera à prendre en main les préoccupations des victimes de cette politique et en même temps à s’opposer à toute tentative de provoquer la division de notre peuple sur des bases ethniques ou raciales.

– A propos de la dégradation de l’enseignement

Elle se traduit, entre-autres, par les résultats catastrophiques des examens nationaux et en particulier le Baccalauréat (6% d’admis en première session).
Elle se traduit également, par l’improvisation des mesures de fusion et la militarisation des écoles d’ingénieurs, l’intégration sans transition des écoles des Mines et celle des Travaux Publics en établissement militaire de l’Ecole Supérieure Polytechnique.
Il en est de même à travers la transformation de l’Ecole Nationale d’Enseignement Maritime et des Pêches et du Centre de Formation des Pèches Continentales et d’Aquaculture en Etablissement de l’Académie Navale Militaire.. .
Dans le même sens s’inscrit la séparation toute récente de l’Université de Nouakchott en deux suivie aujourd’hui de leur fusion ce qui traduit un autoritarisme, une improvisation et une irresponsabilité gravement préjudiciable au secteur de l’enseignement supérieur et à tous ces acteurs (étudiants, enseignants, administrations).
Le Bureau Exécutif de l’UFP condamne les décisions de fusion prise sans concertation avec les acteurs concernés, et sans mesures transitoires qui tiennent compte des engagements de l’Etat envers des étudiants déjà en formation, et réclame la prise de mesures transitoires qui permettraient à ces étudiants (élèves ingénieurs, les étudiants francophones en droit, les étudiants arabophones en économie, etc..) de terminer leur cursus.

– A propos des reculs des libertés

Le Bureau Exécutif de l’UFP a constaté le recul gravissime des libertés publiques à travers la répression des manifestations pacifiques, les arrestations arbitraires, la pratique de la torture dans les prisons, les parodies de procès, les entraves aux libertés d’association et de réunion. Climat de répression qui jure avec les appels au dialogue lancés par le pouvoir (climat de répression qui jure avec les appels au dialogue lancés par le pouvoir).
Aussi :
condamne-t-il avec force cette dangereuse tendance et particulièrement, l’instrumentalisation de la justice à des fins de règlement de comptes avec les adversaires politiques du pouvoir ;
réclame-t-il la libération immédiate des victimes de cette politique répressive (IRA, 25 février).

– A propos des relations avec les pays voisins

Ces relations connaissent une situation d’instabilité balançant entre les tensions et des détentes au grand préjudice de notre pays et surtout des populations frontalières et des ressortissants à l’étranger.
Le Bureau Exécutif rappelle au pouvoir ses responsabilités vis-à-vis de l’intérêt national qui lui impose de veiller à préserver et de développer de bonnes relations de coopération et de voisinage sur la base du respect réciproque, et le met en garde contre la poursuite d’une gestion diplomatique chaotique susceptible de dégrader ces relations.

– A propos du dernier congrès extraordinaire du Polisario

Le Bureau Exécutif tout en rendant hommage à feu le Président Mohamed Adel Aziz, félicite le nouveau Secrétaire Général du Polisario et Président de la RASD Monsieur Brahim Ghally pour sa brillante élection au cours de ce congrès.
A cette occasion le Bureau Exécutif remercie la direction du Polisario pour l’accueil fraternel et chaleureux et les honneurs dont le Président de notre parti a été l’objet ainsi que les autres membres de la délégation mauritanienne.

– A propos du sommet de la Ligue Arabe

Le Bureau exécutif de l’UFP regrette que le sommet de la Ligue Arabe tenu à Nouakchott les 25 juillet 2016 n’ait pas pris de décisions pertinentes et urgentes à propos des questions fondamentales qui préoccupent les peuples arabes notamment, la défense du peuple palestinien confronté à l’épuration ethnique et à la colonisation violente israélienne, les guerres civiles en Syrie au Yémen, en Libye et au conflit du Sahara occidental. Ce faisant, la Ligue Arabe vient une fois encore, par ce sommet, de décevoir les attentes de l’opinion publique arabe.
A propos de l’organisation du sommet à Nouakchott, le Bureau exécutif s’indigne de l’opacité qui entoure les aides reçues et les dépenses effectuées à cette occasion, et réclame à une information complète et transparente à l’intention de l’opinion publique nationale.

Nouakchott les 06 Aout 2016
Le Bureau Exécutif

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here