Notre camarade Houbab, responsable à l’organisation de l’UFP fait l’objet d’une véritable cabale suivant le même schéma d’intoxication à la Goebels: « Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose »

0
103

Notre camarade Houbab, responsable à l’organisation de l’UFP fait l’objet d’une véritable cabale suivant le même schéma d’intoxication à la Goebels: « Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose ».

Le texte accusateur,anonyme et paru dans le site CRIDEM a fait le buzz, en raison bien sûr de l’exceptionnelle qualité du personnage et de son rôle de farouche opposant politique de la première heure, de l’époque du premier régime civil du pays, à nos jours (sa dernière arrestation pour cause de soutien ferme à la lutte des habitants d’un quartier populaire de Nouakchott, date de l’année dernière!).

Que dit ce papier accusateur (vengeur?)? Que Houbab aurait avoué avoir été un agent du F.Polisario contre l’armée mauritanienne en pleine guerre du Sahara.Ni plus ni moins. Sauf que d’abord, à lecture de l' »article » le journaliste anonyme ne cite nulle part le concerné ! Aucun passage. Pas un mot avec quelque guillemet que ce soit. Rien. Et pour cause. L’anonyme a voulu par un titre racoleur, convaincre de son accusation sans avoir à l’appuyer sur quoi que ce soit. C’est la nouvelle mode journalistique qui fait fureur à Nouakchott et qui permet de faire pendre qui on veut, sans perdre une minute de son précieux temps, consacré plus utilement au peshmerguisme effréné.

Le texte du discours de Houbab, envoyé par l’UFP pour la représenter lors du Congrès de début décembre du F. Polisario est disponible dans son intégralité.
Les « contacts » auxquels il est fait mention entre les cadres (civils et militaires du Front) et les dirigeants clandestins du MND étaient intenses. C’était en 1973, le MND était un vaste mouvement révolutionnaire qui était le premier soutien politique du Front qui venait de naître et dont certains des dirigeants étaient d’ailleurs des cadres de grande valeur du MND qu’ils ont dû quitter à cette époque pour se consacrer à la tâche de libération nationale alors en pleine expansion dans les dernières colonies européennes en Afrique (Guinée Bissau, Cap Vert, Mozambique, Angola etc.).
Ce que le journaliste anonyme n’a pas lu ou voulu comprendre, c’était que les contacts de Houbab avec les patriotes sahrouis se déroulaient en pleine occupation espagnole. Ce n’était pas encore l’injuste guerre d’occupation du Sahara menée par les troupes mauritaniennes et marocaines. C’est ce point d’histoire que Houbab rappelait dans son discours en tant que représentant de l’UFP, en grande partie héritière du MND historique. Peut-être est-ce à ce moment précis que notre journaliste anonyme s’est réveillé et à capté (sans la date!) l’épisode des contacts entre les deux organisations. C’était en 1973 et non en 1974-75. Le problème de la diffamation est que plus c’est gros et plus ça retient l’attention et ça passe. Cela ne grandit pas le journalisme !

LO Goumo Abdoul

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here