Déclaration de l’UFP à propos du passage à tabac raciste d’un jeune négro-africain par des forces de l’ordre à Nouakchott

0
65

Le mercredi 12 août 2015, ayant été témoin de mauvais traitements infligés par des « forces de l’ordre » à des personnes d’origine étrangère en particulier des sénégalais parqués comme du bétail dans des véhicules, le jeune Mamadou Sy, étudiant en vacances, indigné par ces brimades, s’est arrêté pour téléphoner à une association de protection des droits humains, tout en prenant une photo de la scène. Rattrapé par deux agents appartenant semble t’il à la Direction de la Sûreté territoriale à hauteur de la clinique Ibn Sina, le jeune étudiant sera brutalement extrait de son véhicule et soumis à une agression d’une rare violence , en pleine rue , avant d’être embarqué manu militari , le visage tuméfié et sanglant, à la 4 eme Compagnie situé à Bagdad désormais de sinistre réputation où des « immigrés », hommes, femmes, enfants, essentiellement d’origine négro-africaine sont parqués dans des conditions contraires à toutes les règles humanitaires et étrangères à nos traditions d’hospitalité surtout vis-à-vis de nos frères de la sous région. Admis aux urgences, suite à l’intervention de ses parents, le jeune étudiant a été traumatisé non seulement par la brutalité physique inouïe des agents mais surtout par les propos racistes et xénophobes proférés pendant la séance de passage à tabac par ces agents déchaînés et haineux à l’endroit des communautés négro-africaines vouées aux gémonies et traitées de « chiens » !
Loin d’être isolés, des évènements de cette nature semblent se généraliser ces derniers temps, à l’occasion de rafles de grande ampleur dirigées quasi exclusivement contre des étrangers d’origine ouest africaine, donnant prétexte à toutes sortes de chantages, de vexations et d’injustice non seulement contre ces étrangers pourchassés pour « défaut de cartes de séjour » mais aussi contre nos compatriotes négro-africains subissant ainsi un véritable délit de « sale gueule », un délit de faciès qui rappelle les pires moments de la fin des années 80-début des années 90. De fait, nuit et jour, des patrouilles sont lancées à la trousse de « suspects » dont le seul tort apparent est d’être de couleur noire ! La colère et l’indignation, de ce fait, grondent surtout dans les milieux des jeunes…
Face à l’extrême gravité de cette situation et devant les risques qu’elle engendre et fait peser sur notre unité nationale de plus en plus fragilisée par des pratiques inacceptables et discriminatoires du régime et ses manœuvres de division, spécialement de la part de ses « forces de l’ordre », l’UFP :
-Dénonce avec force l’exercice de la violence aveugle de la part de certains membres des forces de l’ordre encouragés par leur impunité et exige que justice soit faite en faveur des victimes, en particulier pour le jeune étudiant Sy Mamadou ;
– Exige du pouvoir qu’il cesse ses pratiques de chasse aux sorcières contre les populations étrangères vivant dans le pays et respecte les procédures légales de contrôle d’identité dans la dignité et l’égalité de tous, nationaux comme étrangers ;
-Appelle les forces de sécurité à s’en tenir à leur noble mission de maintien de l’ordre et de sécurité en faveur de tous les citoyens et de tous les étrangers dans le respect des règles d’un Etat de droit ;
-Demande à tous les citoyens, à tous les patriotes et démocrates sincères, aux partis politiques et aux organisations de la société civile de se mobiliser pour empêcher toute dérive antidémocratique et xénophobe du pays.

Nouakchott le 13 Aout 2015
La Commission de communication de l’UFP

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here