Le système tient bon !

0
67

L’Authentique – Malgré le départ de Ould Taya, le système est resté en l’état, voire plus puissant qu’il n’était. Ce système, c’est lui qui était au devant et c’est qui demeure au devant de la scène. Regardez autour de vous les anciens fonctionnaires… S’ils ne sont pas dans les hautes fonctions, c’est qu’ils sont à la retraite.

Dans ce cas, ils sont toujours représentés dans les hautes sphères puisqu’ayant contribué à la cooptation de leurs enfants et autres proches. Certes les hauts responsables qui avaient servi l’ancien régime ne sont pas pestiférés.

Mais sommes-nous incapables de trouver d’autres ? Ne sommes pas capables de trouver des cadres qui ne soient pas ceux qu’ils nous ont présentés ? N’est-il pas plus salutaire pour nos mœurs politiques et nos pratiques administratives d’essayer d’autres figures plus blanches, plus neutres et moins mouillées dans les dépassements et les « errances folles » des années écoulées ?

Le conditionnement que l’on veut imposer aux Mauritaniens et qui soutient qu’il n’ y a pas d’autres que ceux qui avaient existé sous les anciens régime est une insulte à ces milliers d’intellectuels, de cadres compétents et de serviteurs patriotiques qu’on a laissé végéter pour ne pas avoir affiché un zèle certain dans le soutien des régimes en place..

Il est malheureux de constater que l’on ne coopte que les anciens compagnons. Les autres, ceux qui n’ont jamais eu le privilège de faire partie du club, doivent encore attendre leur tour qui ne viendra peut-être jamais. En d’autres ternes, on dirait que ce pauvre pays d’à peine quatre millions d’habitants ne compte qu’une poignée de hauts cadres, d’un petit tas de hauts fonctionnaires et une petite meute de subalternes éternels.

Déroger à la règle pour confier de hautes responsabilités est grave et peut menacer jusqu’à l’existence même du pays. Le changement des têtes d’affiche est loin d’être pour demain.

Tournez votre regard dans les hautes sphères de l’Etat et de l’administration, vous ne verrez que des « gueules » qu’on n’a que trop vu depuis 21 ans. C’est toujours, en somme, le défilé de l’oligarchie.

Pour l’intérêt du pays et pour son devenir, il faut au plus vite asseoir les bases d’un nouveau système politique, qui rompra avec les viles règles du clientélisme, du copinage et du cousinage dans la promotion des hommes appelés à servir le pays.

La compétence doit désormais reprendre le dessus sur toutes les autres considérations subjectives, régionalistes, ethniques ou tribalistes. Sinon, nous continuerons, sur ce plan aussi, à cultiver cette médiocrité qui nous caractérise depuis belle lurette. Le règne de la “médiocritocratie” doit cesser pour que l’avenir de ce pays repose entre de mains sûres et des esprits éclairés.

JOB

lauthentic

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here