Déclaration SOS Esclaves : « Nous condamnons avec la dernière énergie l’instrumentalisation de notre sainte religion contre les droits de l’homme »

0
56

SOS Esclaves – Le 07 juin 2014, le Forum des Organisations Nationales des Droits Humains en Mauritanie (FONADH), dont SOS-Esclaves est membre, a publié une déclaration condamnant fermement l’appel à l’assassinat et à la mutilation de Mme Aminetou Mint El Moctar, présidente de l’Association des femmes chefs de familles (AFCF). Aminetou est aussi, nous tenons à le rappeler, membre du bureau de SOS-Esclaves.

Depuis cette date et en dépit des appels lancés par de nombreuses autres associations de défense des droits de l’homme et d’autres acteurs tant au niveau national qu’international, force est de constater que les autorités publiques dont le devoir essentiel est de garantir la sécurité des citoyens et en particulier celle des défenseurs de droits de l’homme ont failli de la manière la plus évidente à cette mission.

En effet, elles n’ont pris aucune mesure contre l’auteur de l’appel au meurtre de notre camarade, et plus grave encore elles ont accueilli le dépôt de sa plainte par des manœuvres dilatoires inacceptables.

Devant une telle situation, nous tenons à rappeler notre ferme solidarité avec Aminetou Mint El Moctar, contre la calomnie et la diffamation, contre les menaces et les harcèlements et contre la passivité coupable des pouvoirs publics.

Nous condamnons avec la dernière énergie l’instrumentalisation de notre sainte religion contre les droits de l’homme et son utilisation pour intimider les citoyens et encourager l’arbitraire et l’intolérance.

Nous appelons tous les citoyens mauritaniens attachés à la justice et à l’équité à exprimer leur ferme solidarité avec Aminetou, à combattre et isoler les fanatiques qui, sous prétexte de servir l’Islam, lui portent le plus grave des préjudices.

Nous attendons enfin des pouvoirs publics qu’ils sévissent contre l’auteur de l’appel au meurtre et ses éventuels complices et qu’ils assurent la sécurité, l’intégrité et la liberté de mouvement de notre collègue et de tous les défenseurs des droits de l’homme en Mauritanie.

Nouakchott le 28 juin 2014

Le président de SOS-Esclaves
Boubacar Messaoud

cridem

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here