Mauritanie: Scandale des avions fantômes (et c’est Aziz qui s’enrichit !)

0
96

Le 17 janvier 2013, l’Etat mauritanien, représenté par le Ministre des Finances répondant aux instructions du Chef de l’Etat, a versé un peu plus de deux milliards de nos ouguiyas (soit 7 095 000 USD) à la Mauritanian Development Corporation (MDC), société écran qui n’a d’existence que le nom ou les comptes de quelques intermédiaires qui se jettent, tels des affluents secondaires, dans le lit principal du compte bancaire personnel du Président de la République.

Ce montant représente une avance de 30% sur une commande présumée de 10 petits avions de marque Lancair (quatre places), livrables le 30 décembre 2014. Cette commande serait une marque d’encouragement faite à l’entreprise américano-mauritanienne (MDC) pour monter une usine d’assemblage de ces avions à Nouakchott. Aziz ne semble donc plus s’embarrasser des formes pour piller les caisses de l’Etat mauritanien. Ce qui semble plus surprenant c’est le semblant de confiance que continuent à placer en lui certaines institutions internationales même si certaines d’entre elles commencent à être un peu plus regardantes avant de prêter à l’Etat mauritanien ou de lui faire un don.

La commande concerne 4 avions de type G.83/Lancair Corvette 2012 (2 100 000 USD), 1 avion de type G.83/Lancair Diesel 2012 (550 000 USD) et 5 aéronefs de type G.83/Lancair Evolution 2012 (21 100 000 USD). Un terrain de quelques dizaines d’hectares, situé à proximité du nouvel aéroport de Nouakchott, a été attribué, en Conseil de Ministre, à la dite MDC.

Aujourd’hui, 7 mois avant la date supposée de livraison des 10 aéronefs et 17 mois après la signature du contrat d’achat et l’encaissement des 2 milliards d’ouguiyas, pas la queue du premier petit avion ni la moindre trace de MDC n’a affleuré du terrain à partir duquel devraient s’envoler, à un rythme soutenu, les petits Lancair « made in Mauritania». Nous avons, à l’OBAMA, pu mettre la main sur une copie du contrat d’achat (voir facsimilé) des Lancairs et obtenu quelques détails sur le montage de cette entreprise de détournement des biens publics mauritaniens, emblématique de certains rouages du système Aziz.

1. L’affaire concerne un engagement des finances publiques mauritaniennes à hauteur de plus de 7 milliards d’ouguiyas (23 650 000 USD) sans qu’aucune procédure de dépense de l’argent public n’ait été respectée (pas d’appel d’offre).

2. Le détournement de deniers publics que constitue cette affaire est doublé d’une opération de surfacturation manifeste et grossière.

Pour s’en convaincre, il nous a suffi de deux clics pour vérifier les prix catalogue de l’un des aéronefs proposés, le Lancair Evolution 2012, par exemple. Cet appareil est proposé à 1 450 000 USD sur internet (voir document) alors que le contrat d’achat le met à 21 100 000 USD pour les 5, soit 4 220 000 USD l’unité (4 fois plus cher!). 3. Pour mener à bien un tel montage, Aziz a actionné les hommes-liges qu’il a placés aux différents rouages de l’Etat.

C’est l’Ambassadeur de Mauritanie aux USA, Ould Ahaicen, qui a déniché les fameux intermédiaires américains dont Tom Gibson, ancien conseiller de l’ex-président américain, Ronald Reagan.
avions_fant__mes.jpg

avions_fant__mes_2.jpg
Source: Observatoire des Biens et Avoirs Mal Acquis (OBAMA) via Alakhbar

source : mauriweb

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here