Avec Haswell, Intel signe « la plus grande avancée de son histoire »

0
108

La quatrième génération des processeurs « Core » d’Intel réalise des économies d’énergie drastiques et fait bondir les performances graphiques des ordinateurs.

« Oui, le portable est mort, il faut le réinventer. » Lors de sa grande conférence de presse au salon Computex de Taiwan, le point de vue d’Intel était très clair. Face aux ventes de PC en chute libre, le fabricant de processeur tente de redresser la barre avec une nouvelle génération de puces dotées d’une microarchitecture flambant neuve, composée de plus d’un milliards de transistors, qui devrait – c’est promis – sauver les PC en les rendant plus polyvalents et plus mobiles.

La puce pour les PC de bureau

1-GM.jpg
Ces nouveaux microprocesseurs, nom de code « Haswell », débarqueront dès cet été dans les nouveaux ordinateurs du marché. Ils se déclinent en une quarantaine de modèles, du moins énergivore au plus puissant. Leurs performances graphique est décuplée et leur consommation électrique est considérablement réduite par rapport à l’actuelle génération de processeurs « Ivy Bridge ». Intel affirme même que ces deux améliorations constituent la plus grande avancée de toute son histoire, et décrit « Haswell » comme « les fondations d’une réinvention de l’ordinateur portable ».

La puce pour les ordinateurs portables

2-gm.jpg
Des ordinateurs 50% plus endurants

Dans cette optique, Intel a exhibé des machines au design amélioré, plus endurantes et silencieuses. Car Haswell consomme beaucoup moins d’énergie, surtout au repos. Par rapport aux puces de génération précédente, ces nouveaux processeurs ont une consommation électrique réduite par 20 lorsqu’ils sont en veille. Ces améliorations permettent de prolonger l’autonomie d’un portable jusqu’à 50 %, selon Intel. Le fabricant Acer promet, par exemple, un gain d’autonomie de 30 % sur son nouvel ultraportable haut de gamme Aspire S7, grâce à son nouveau processeur.

Et qui consomme moins, chauffe moins. Les nouveaux PC portables verront donc leur design affiné, et leur système de refroidissement sera encore plus silencieux. Certaines machines seront même totalement dépourvues de ventilateur, pour ressembler à de véritables tablettes hybrides, doté d’un clavier détachable. C’est la toute première fois qu’Intel permet ce type de dissipation passive, totalement silencieuse et insensible à la poussière, sur de tels appareils.

Le futur Dell XPS 11 embarque une puce Haswell

3-22.jpg
Intel met à jour sa définition de l’ultrabook

Sur les 41 nouvelles puces, 24 sont exclusivement réservés aux PC portables et, parmi eux, 12 se destinent plus spécifiquement aux Ultrabooks. Avec l’arrivée des Haswell, le cahier des charges de ces machines -dont Intel est le créateur- évolue drastiquement. Par exemple, tous les ordis portables ultrafins et assimilé (hybrides à écran détachable, grande tablette, etc.) de l’été et de la rentrée devront impérativement avoir un écran tactile, sortir de veille en moins de 3 secondes et tenir au moins 6 heures en lecture vidéo HD (contre 5 heures auparavant) pour pouvoir prétendre à leur certification « Ultrabook ».

Circuit graphique boosté

La deuxième avancée historique d’Intel réside dans le circuit graphique intégré à certains processeurs Haswell. Appelé Iris (ou Iris Pro), il est annoncé deux fois plus puissant que le précédent. Il devrait donc être en mesure de faire tourner des jeux vidéo de dernière génération, en restant, certes, modeste sur la quantité de détails graphiques à afficher en 3D. Ce gain significatif de performances devrait relancer Intel dans le secteur des ordinateurs multimédia polyvalents, alors qu’AMD vient de gagner le marché des consoles de jeux (Xbox Infinite et Playstation 4), présentées comme de véritables plateformes domestiques à tout faire, à placer dans le salon sous le téléviseur. Le nouveau circuit Iris permettra en plus d’afficher des vidéos en ultra-HD (4K), et de gérer jusqu’à trois écrans en même temps.

Sachez enfin que les machines dotées de la précédente génération de puces (Ivy Bridge) coexisteront pendant quelques mois avec les nouvelles puces d’Intel. Pour faire la différence, il faudra examiner l’immatriculation à quatre chiffre des processeurs Core i3, Core i5 et Core i7 : elle doit commencer par le chiffre 4 (« 4xxx »), tandis que les anciennes puces sont estampillées « 3xxx ».

source : 1net.com-20130604]

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here