Résolution sur la situation au Mali

0
135

– Considérant la complexité et la gravité de la situation au Mali ;

– Considérant les bouleversements que le développement de cette situation pourraient avoir en Mauritanie et dans l’ensemble du Sahel ;

– Considérant l’impérieuse nécessité de restaurer la paix civile au Mali, en assurant son unité nationale, son intégrité territoriale, la sauvegarde de la démocratie pluraliste et la sécurité pour l’ensemble des citoyens et pour leurs biens ;

– Considérant les atteintes graves dont les populations du Nord du Mali ont été victimes, à la fois dans l’intégrité de leurs personnes et la sauvegarde de leurs biens, depuis le déclenchement de l’offensive militaire des groupes armés au Nord et dont certains s’adonnent au terrorisme et aux trafics en tous genres ;

– Considérant l’action de mouvements terroristes armés dans le Nord du Mali se livrant aux exactions contre les populations locales, dans un contexte de partition inacceptable du territoire de ce pays frère et de développement de courants obscurantistes dans la région ;

– Considérant l’impérieuse nécessité d’assurer l’égalité en droits et dans le traitement des différentes communautés maliennes ;

– Considérant que par son interventionnisme intempestif et son aventurisme depuis l’époque de Sarkozy, et la connivence et la complicité de son administration avec certains mouvements de l’Azawad le long de la frontière, le régime de Mohamed Ould Abdel Aziz porte une lourde responsabilité dans l’exacerbation de la crise malienne et les conséquences qui en résultent pour la paix et la sécurité de la région ;

– Considérant l’intérêt vital pour la Mauritanie et les Mauritaniens de la paix et de la stabilité au Mali, du fait de la nature des liens historiques et humains et de l’ampleur des échanges économiques, en particulier pastoraux, entre nos deux pays,

– Considérant la contribution que la Mauritanie et les Mauritaniens devraient apporter dans la recherche de solutions viables et équitables au Mali, et pour la sauvegarde de la paix, de la stabilité et du bon voisinage entre les pays et les populations du Sahel ;

L’UFP, réunie en son IIIe Congrès ordinaire les 27 ; 28 ; 29 et 30 décembre 2012 :

– Condamne l’utilisation de la violence armée par tout groupe ethnique pour résoudre une question nationale ;

– Considère que le Mali doit recouvrer la totalité de son intégrité territoriale ;

– Lance un appel pressant aux autorités légales du Mali, à l’ensemble des partis politiques, qu’ils n’excluent pas aussi la voie du dialogue et du compromis dans le règlement du conflit car une guerre serait désastreuse pour toute la sous-région, en particulier pour la Mauritanie.

– Exhorte les parties prenantes de la scène publique malienne, à Bamako et dans le Nord, à s’engager dans la recherche de solutions viables et durables, fondées sur l’égalité en droit des citoyens et des communautés, la reconnaissance et le respect mutuels, par le dialogue et la négociation ;

– Condamne le terrorisme, l’obscurantisme et les trafics mafieux dans le Nord du Mali, ainsi que les atteintes à la vie des populations et à la sécurité de leurs biens ;

– Dénonce l’ingérence du régime en place en Mauritanie qui porte une lourde responsabilité dans l’éclatement et l’évolution de cette crise au Mali ;

– Exhorte toutes les forces patriotiques et démocratiques du Sahel à s’engager dans cette voie de solidarité active avec le Mali ;

– Engage le bureau exécutif à mobiliser les populations, toutes les forces politiques et de la société civile pour que nos frontières soient protégées et ne soient pas utilisées comme bases arrières par les groupes terroristes et obscurantistes.

– Engage le bureau exécutif à entreprendre toutes les initiatives visant à amener la Mauritanie et l’ensemble des Mauritaniens, à sauvegarder les relations de bon voisinage entre les pays et les peuples du Sahel.

Fait à Nouakchott le 30 décembre 2012

Le Congrès.

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here