Réunion du BN : RÉSOLUTION SUR LA QUESTION NATIONALE

0
201

Considérant le caractère multinational de notre peuple qui, au-delà de la diversité, des différends conjoncturels, est constitué de communautés ayant partagé le même espace, les mêmes références historiques, des conditions économiques et sociales similaires, puisant des références culturelles communes, en particulier celles relatives à l’Islam ;

Considérant l’intensification des pratiques discriminatoires dans le secteur public (fonction publique générale, administration territoriale, forces armées et de sécurité etc.), en faveur des Mauritaniens de la nationalité arabe, du fait de la faiblesse des négro-africains en arabe ;

Considérant que dans le secteur privé il y a de forts penchants pour les négro-africains mauritaniens (généralement mieux outillés en français), au détriment de leurs compatriotes de la nationalité arabe ;

Considérant les manipulations du pouvoir au niveau des établissements scolaires et universitaires, aboutissant à opposer les revendications légitimes de certaines composantes estudiantines à celles non moins légitimes d’autres ;

Considérant la persistance des pratiques discriminatoires notamment dans l’enrôlement à vocation d’état civil, malgré les améliorations constatées suite aux luttes et protestations des victimes de ces pratiques ;

Considérant la multiplication des pratiques de spoliation à vaste échelle des terres de cultures et de pâturages des populations vulnérables de la vallée, en faveur d’investisseurs spéculateurs exportateurs, au détriment de la production nationale et de l’autosuffisance alimentaire ;

Considérant le chauvinisme d’État, la persistance de forts relents relatifs aux événements de 89-91, le traitement démagogique et clientéliste du passif humanitaire, l’existence de deux mondes au sein des populations, nourris de suspicions, de préjugés ;

Considérant que le pouvoir et le système politique et social en place sont les seuls responsables des pratiques discriminatoires, en particulier chauvines ;

Considérant que c’est l’ensemble du peuple mauritanien, dans toutes ses composantes, qui est victime de la dictature de Mohamed Ould Abdel Aziz, et que ce dernier fait preuve de démagogie et s’emploie à opposer ces composantes, dans le cadre de sa politique de « diviser pour régner » ;

Le Bureau National de l’Union des Forces de » Progrès, réuni en session extraordinaire les 23, 24 et 25 août 2012,

– Condamne avec force toutes les pratiques discriminatoires de type identitaire, notamment le chauvinisme et le népotisme du régime de Mohamed Ould Abdel Aziz ;
– Appelle le peuple mauritanien dans son ensemble, à un sursaut national, au rétablissement de relations fraternelles et mutuellement bénéfiques entre les communautés, en vue de restaurer le sens national, celui de l’appartenance à une patrie commune ;

– Exige l’achèvement du processus de rapatriement des déportés et réfugiés victimes des évènements de 1989, notamment ceux se trouvant au Mali, en vue de leur rétablissement dans leur nationalité et l’ensemble de leurs droits, ainsi que la réintégration et l’indemnisation des fonctionnaires et autres travailleurs, victimes des mêmes évènements ;

– Insiste sur l’exigence de mettre fin à la discrimination par la langue de formation, quelle qu’elle soit, à tous les niveaux et dans tous les secteurs de la vie publique, et l’application rigoureuse des principes d’égalité et d’équité entre les citoyens et les communautés nationales, en vue de mettre fin au chauvinisme d’Etat menaçant la paix, la stabilité et l’unité du pays.

Nouakchott, le 25 août 2012

Le Bureau National

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here