DÉCLARATION : A propos de la crise malienne

0
264

De profonds événements continuent de secouer le Mali. A la suite du coup d’État ayant conduit au renversement du Président Amadou Toumani Touré, la CEDEAO a contraint la junte militaire à céder le pouvoir, pour une transition de quarante jours, dirigée par le Président de l’Assemblée nationale et un Premier Ministre investi de tous les pouvoirs, en particulier la conduite des élections et la gestion des événements du Nord du pays.

C’est une victoire importante contre l’illégalité, pour le respect des principes constitutionnels régissant la République, sous la pression des forces démocratiques maliennes et la communauté internationale. Les démocrates maliens et ceux qui les soutiennent ne peuvent que se réjouir de cette issue, en souhaitant vivement qu’elle se consolide et contribue à l’instauration d’une paix viable et durable dans le pays.

Malgré tout, le sort du Président Amadou Toumani Touré et des membres de son gouvernement reste encore à clarifier.

Les démocrates maliens, les démocrates africains et ceux qui les soutiennent, rejettent la proclamation de l’indépendance par le Mouvement de Libération de l’Azawad comme contraire au principe de l’intangibilité des frontières de l’Union africaine, et de surcroit sans consultation des populations concernées.

Il s’impose aux Maliens de toutes les conditions et de toutes les communautés de revoir en profondeur comment vivre ensemble, sur le même territoire national, par le dialogue et la recherche du compromis, dans le respect de leurs différences.

La déclaration du gouvernement mauritanien, flétrissant la proclamation de l’indépendance de l’Azawad, semble procéder de la duplicité, étant donné que le pouvoir a jusque-là adopté une attitude pour le moins ambiguë, dans cette crise qui constitue une menace réelle sur la cohésion et la stabilité du peuple malien frère et de toute la sous-région.

Puissent la raison et la sagesse, la sauvegarde de la paix et de la compréhension mutuelle entre les peuples l’emporter sur les passions de tous ordres. C’est une exigence pour la réunion des pays du Sahel consacrée à la crise malienne, en cours depuis ce dimanche 8 avril 2012 à Nouakchott.

Nouakchott, le 08 avril 2012

La Commission de Communication

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here