L’intervention de Ould Moïne tronquée par les médias officiels

0
57

Taqadoumi a pu se procurer la vidéo de l’intervention, avant-hier, du Député Yacoub Ould Moine au Parlement. Des extraits de cette intervention ont été censurés par radio Mauritanie. Ce soir, il n’y a pas de raison à ce que la Télévision n’en fasse pas pareil.

Olud moine a tout d’abord demandé qu’une enquête soit diligentée pour éclaircir l’opinion sur le cas de l’immolation par le feu de Abderrahman Ould Bazeid, mort devant les greilles de la Présidence. Il a ensuite affirmé avoir demandé au Député de la Majorité et juriste de son Etat, Sidi Mohamed Ould MAHAM, pourquoi la loi qui incrimine les coups d’Etat n’avait pas concerné AZIZ?

En guise de réponse, dit le Député, il m’a affirmé que la loi n’est jamais rétroactive. Et Ould Moïne de se demander : « pourquoi la rétroactivité n’était-elle pas applicable à la loi sur les sociétés de gardiennages ? ». Nombre d’entre elles ont été dissoutes pour se conformer à une lui nouvellement promulguée.

Le Député a, par la suite, cité le cas de l’Article n°5 de la Constitution relatif aux libertés individuelles. Une cellule d’écoute, installée à la Présidence et dirigée par un conseiller de la Présidence le bafoue continuellement. Avec les écoutes permanentes des communications, cette cellule est chargée aussi de pirater certains sites électroniques, comme le cas de Taqadoumy.

L’article 7, selon Ould Moine, est l’objet de confusion pour certains. En ce qui concerne le décret du 28 Janvier relatif a la délivrance des passeports diplomatiques, Ould Moine a dénoncé la discrimination appliquée envers les familles des Députés. Pour Aziz, il y a deux catégories de Députés ; ceux de l’Opposition qui sont méprisés et de ceux de la majorité qui sont punis parce qu’ils n’arrivent pas défendre politique indéfendable.

Ould Moïne a aussi attiré l’attention de l’opinion sur la contradiction présente dans l’article 11 relatif à l’indépendance de la Justice. En citant le cas d’un juge démis de ses fonction par le Conseil Suprême, il rappelle les propos tenus par Ould Abdel Aziz qui s’adressait au Conseil : « je vous avais demandé de le punir mais pas de le démettre ».

Vous pouvez visionner la vidéo en suivant CE LIEN.

Source : taqadoumy

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here