Hommage à Malick Condé

0
734

‘’Chers frères et camarades,

Toutes mes félicitations pour le grand et important travail accompli pour l’avenir du peuple mauritanien. Vous avez mon soutien indéfectible face à la juste ligne politique de votre parti qui ne cesse d’œuvrer inlassablement pour l’Unité du peuple mauritanien en dépit de toutes les vicissitudes du combat politique. Encore bravo pour votre clairvoyance politique. Il faut tout faire pour vaincre les militaires quelque soit la représentation.

J’ose espérer que les patriotes guinéens sauront tirer les leçons de votre riche expérience.

Merci pour tout. Bon courage et bonne chance pour l’élection future.
Fraternellement’’

Malick Condé Mercredi 1 Juillet 2009, 11h49

Adresse de feu le frère, camarade et ami Malick CONDE au Président Mohamed ould Maouloud et par sa médiation à tous ses camarades de l’Union des Forces de Progrès (UFP), à ses frères et amis des autres politiques et de la société civile qui ont fait reculer les généraux et arracher l’Accord de Dakar.

C’est une illustration concrète de mon propos sur l’engagement permanent – de ce grand combattant guinéen, africains et internationaliste, une vie durant – auprès des peuples pour la Liberté, le Progrès, dans la Fraternité. Avec quelle science ! Et quelle modestie !

Et, je sais, en nous laissant dans l’affliction au moment de grande joie de la victoire historique du peuple de Guinée, Imam Malick n’oublie pas, dans sa générosité, cette parole du Prophète (PSL) :

: »Je m’étonne de la situation du croyant car elle ne lui est que faveur, et personne que lui ne jouit de cette grâce … S’il éprouve une joie, il est reconnaissant et cela lui fait du bien et s’il éprouve une calamité, il se résigne, et cela lui fait que plus de miséricorde’’.

Limame CHERIF, membre du Bureau National de l’UFP.

Ô ! Imam Malick, tu es parti !

Petit, tu t’es en allé !

Tu es allé rejoindre ton Grand Alpha Sow.

Crois-tu que la longue marche est terminée ?

Certes le champ est défriché !

Certes il est sarclé, ensemencé !

Non ! Tu n’ignore pas que la tâche reste, infinie !

Il faut encore veiller sur les jeunes pousses, l’épiaison

Sur les prédateurs, les sauterelles, les granivores.

Il faut encore et toujours défricher, sarcler, semer, surveiller, récolter et répartir,

Equitablement.

Tu connais parfaitement les lois de l’Evolution permanente,

Heurtée, dialectique.

Aussi, as-tu toujours cultivé la persévérance, l’abnégation,

Et aussi, l’esprit de modestie, d’oubli de soi,

D’ouverture sur les autres.

Ta sagesse, mon Petit frère était immense !

Tu aimais qu’on t’appelle Petit et tu aimais appeler les autres Grand,

Et tu n’as jamais pensé combien tes Grands jalousaient ta Grandeur ! Ô Almamy Malick !

Tu t’es en allé !

Mais tu sais que la longue marche continue,

Elle continue avec tes Grands,

Avec les autres Petits,

Avec les plus Petits,

Avec tous les Grands et Petits de demain,

Tous tes Héritiers et légataires,

En Guinée, en Afrique et dans le Monde.

Jouis, satisfait, de ton Repos.

Nouakchott, le 23 décembre 2010

Limame CHERIF

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here