Déclaration de l’Union Indépendante des Etudiants mauritaniens : A propos des troubles identitaires à l’Université de Nouakchott

0
22

L’Université de Nouakchott a connu des affrontements pour la deuxième fois, affrontements que sépare une courte période de temps. Concernant les premiers affrontements, ils sont survenus en tant que réaction aux déclarations du premier Ministre, et de la ministre de la culture, considérées par certains comme une manière d’exclure la composante francophone du peuple mauritanien.

Notre position au sein de l’Union Indépendante des Etudiants mauritaniens, a consisté à ne ménager aucun effort pour parvenir à une détente, parce que nous sommes conscients que d’aucuns cherchent, en jouant sur notre statut d’étudiants, à nous utiliser à travers ces évènements pour nuire à notre pays et aux différentes composantes de notre peuple. En effet, de tels évènements ne servent que des intérêts étroits, en contradiction avec notre ambition pour une Mauritanie unie et apaisée.

A temps, nous avons joué le rôle qui nous incombe dans le cadre de la lutte pour créer une atmosphère de tranquillité et d’entente au service des intérêts généraux, tout en favorisant la libération des étudiants détenus, en plus des efforts fournis en vue de réunir toutes les parties sur une même table pour discuter sérieusement afin de trouver des solutions à nos problèmes.
Mais, notre surprise fut grande de constater les récentes déclarations du Ministre de l’enseignement secondaire et supérieur, suite à une visite inopinée à l’Université ; lesquelles déclarations nient celles du premier Ministre, de façon à raviver l’inquiétude des tenants de l’arabisation de l’administration, d’où le déclenchement, de nouveau à l’Université, d’autres affrontements ayant pour conséquences plusieurs blessés et détenus ce 14/04/2010.
Nous, étudiants de l’Union Indépendante des Etudiants mauritaniens, dénonçons ces évènements et affirmons les positions suivantes :

Premièrement : la responsabilité de ces évènements incombe au gouvernement, où l’erreur du premier ministre n’était pas d’abord d’avoir appelé à l’arabisation de l’administration mais plutôt d’avoir nié la double vocation arabe et négro-africaine de la Mauritanie. En outre, les évènements d’aujourd’hui s’expliquent par la confusion de la position du gouvernement qui traite les questions fondamentales pour le pays avec légèreté et un esprit clientéliste, attitude que traduit la déclaration du Ministre de l’enseignement secondaire et supérieur, qui affiche une complaisance démagogique à l’égard des francophones, suscitant ainsi le mécontentement des partisans de l’arabisation.

Deuxièmement : nous ne renonçons pas à l’arabisation, mais en même temps nous exigeons la sauvegarde de l’avenir de tous les étudiants francophones, arabes et négro-africains.

Troisièmement : nous appelons toutes les parties à rejeter la violence et à éviter de jeter l’huile sur le feu, car cette sorte d’évènements ne sert pas les intérêts nationaux, mais elle est encouragée par des milieux qui ne sont nullement attachés à la Mauritanie

Quatrièmement : nous appelons l’élite estudiantine de tous bords au dialogue serein et constructif pour trouver une solution concertée que nous défendrons ensemble, en prenant en compte les intérêts supérieurs du pays et le respect de la constitution.

– Vive la lutte des Etudiants Indépendants
– Vive la Mauritanie libre et unie
– Vive l’Union Indépendante des Etudiants mauritaniens

Mercredi 14/04/2010

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here