Mohamed Ould Maouloud : Les politiques menées par le régime de Ould Abdel Aziz fragilisent davantage les populations mauritaniennes et particulièrement les plus vulnérables

0
272

 

Dans le cadre de son programme de redynamisation des structures de base au niveau de Nouakchott, l’UFP a organisé jeudi 11 mars 2010, un meeting populaire à El Mina, sous la présidence de M. Mohamed ould Maouloud, président du parti.

S’adressant aux militants venus nombreux à ce rassemblement, le président de l’UFP les a remerciés pour leur présence avant d’aborder les grandes questions de l’heure. Il a affirmé que le pays traverse une période périlleuse, du fait des tâtonnements et de l’improvisation qui caractérisent les politiques et pratiques du pouvoir en place. Il a précisé que le régime de Mohamed Ould Abdel Aziz s’évertue, depuis maintenant près de deux ans, à saboter l’administration en la vidant de tous les cadres compétents et expérimentés, systématiquement remplacés par des néophytes, dépourvus de toute savoir-faire professionnel, car choisis sur les critères du népotisme et du clientélisme. Ce sabotage touche tous les domaines de la vie nationale a poursuivi Mohamed Ould Maouloud, mettant l’accent sur l’assujettissement de la justice devenue un instrument du pouvoir, la détérioration organisée de l’économie du pays et, comme si ce pouvoir avait pour mission de déstabiliser la Mauritanie, l’exacerbation des tensions interethniques et tribales par des décisions et des mesures porteuses de graves risques d’explosion sociale.

A ce sujet, le Président de l’UFP a cité le scandale de l’incarcération de certains hommes d’affaires alors que d’autres étaient choyés par le système, l’instrumentalisation des tribunaux pour museler la presse, la hausse inconsidérée des prix et la dégradation continue du niveau de vie des populations, le refus d’engager le dialogue social avec les syndicats et, surtout, la dernière sortie scandaleuse du premier ministre, dans laquelle il a déclaré qu’il n’y a qu’une seule identité dans le pays, l’identité arabe, faisant fi de toutes les autres composantes linguistiques et culturelles mauritaniennes ! Il a également rappelé, en mettant en garde contre les risques dont elles sont porteuses, les tergiversations bellicistes en matière de diplomatie et notamment la volonté manifeste de créer des tensions avec le Mali voisin.

Le Président de l’UFP a engagé le  gouvernement actuel à tirer les conséquences de son incapacité à gérer le pays en démissionnant. Il a conclu son propos en constatant que face à cette faillite du pouvoir pris dans le cercle inextricable de ses atermoiements et de ses mensonges, l’opposition est plus que jamais unie et déterminée à  poursuivre son combat pour défendre les intérêts et acquis du peuple mauritanien, appelant les populations à prendre leur destin en main, pour faire face aux tentatives visant à semer la haine et la discorde.

Auparavant, plusieurs responsables du parti avaient pris la parole : le responsable de la section d’Elmina, M. Diallo Lassana qui a prononcé une allocution de bienvenue, suivi de Kadiata Malick Diallo, députée, M. Mohamedou Nagi Ould Med Ahmed, cadre dirigeant, et  M. Bâ Boubakar Moussa, 1er vice-président. Tous ont fustigé les errements du régime de Ould Abdel Aziz et appelé les populations à la mobilisation pour y faire face.

 La commission communication

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here