930. L’Intervention du Députée de l’UFP Kadiata Malick Diallo à la plénière de l’Assemblée devant le Premier Ministre.

0
218

Merci Monsieur le Président,

Monsieur le Premier Ministre,

Vous avez été nommé à ce poste au lendemain du Coup d’Etat du 06/08/2008. On se rappelle et vous venez de le répéter, toute la campagne engagée pour justifier cette prise du pouvoir par la force.

La réalité c’est que ce Coup d’Etat n’a pas seulement fait reculer les acquis démocratiques en Mauritanie, mais a été pris en exemple dans d’autres pays africains : la Guinée Bissau, Madagascar, le Niger et bien entendu la Guinée Conakry, renvoyant au monde une très mauvaise image de l’Afrique (l’Afrique des Coups d’Etat, l’Afrique des tripatouillages et violations des Constitutions).

Le malheureux Moussa Dadis Kamara, avant de devenir aphone a toujours répondu à la Communauté Internationale « on n’a pas empêché au militaire mauritanien qui a renversé un Président démocratiquement élu d’être candidat, vous n’allez pas me l’empêchez, moi, je n’ai renversé qu’un Président contesté et déjà mort ».

Le Coup d’Etat du 06/08/2008 n’a pas été le dernier. Vous avez-vous-même opéré un autre sur les accords de Dakar en prenant un décret de convocation du collège électoral pour la présidentielle de Juillet 2009, sans la décision du gouvernement.

Voyons maintenant les conséquences du putsch de 2008 :

– Au plan politique : c’est la confiscation des médias pour une campagne particulière orienté vers le culte de la personne et excluant tous les autres acteurs nationaux ; c’est la mise au pas de la justice où le parquet est devenu plus puissant que tous les Juges – même les décisions de la Cour Suprême ne sont plus appliquées (cas Hanefi Ould Dahah). C’est la marginalisation de la société civile, c’est aussi et surtout le renoncement à une politique intégrant l’aspect genre, la promotion de la femme n’est plus qu’une minuscule direction logée dans le département des affaires sociales.

– Au plan économique : C’est la rupture avec les bailleurs de fonds et la mise à l’eau des engagements très importants du club de Paris – c’est l’aggravation du déficit budgétaire. On est passé d’un déficit de 6 milliards avec une croissance de 3,5% en 2008 à un déficit 43 milliards (600%) avec une croissance de –1,6% en 2009. Le déficit budgétaire de 2010 reste encore très important parce qu’il se chiffre à 31 milliards pour une croissance de 4%. Vous semblez compter sur l’aide des partenaires pour financer en partie ce déficit – nous vous demandons quels sont ces partenaires et quels engagements ils ont pris ? Ce n’est certainement pas le FMI qui s’est manifesté jusque là ? Dans tous les cas, les intentions et les programmes que vous avez dégagés ne sont pas conformes à votre budget de 2010. La plupart de vos Ministres, lors de l’étude du budget faisant du lobbying auprès des parlementaires pour leur demander « vi sabilillahi » augmentez-moi telle ou telle dotation. Le faible taux d’exécution du budget 2009 (62%) traduit soit un programme inapplicable et donc démagogique ou une incompétence de votre équipe. Aussi les nouvelles taxes sur le riz, la vignette, les hydrocarbures, la TVA etc… ne manqueront pas d’entrainer une hausse des prix.

Il faut le signaler aux populations. La lutte contre la gabegie pompeusement engagée, on l’a vu n’est qu’une histoire de règlement de comptes aux opposants, sinon comment comprendre sa tendance sélective et orientée.
Pourquoi la SOMELEC, le SOMAGAZ, le Port de Nouakchott etc… ne font pas encore l’objet de contrôle ? Comment se convaincre d’une telle lutte si à ce jour aucune décision de moralisation de l’administration n’est prise, aucune mise en place de nouvelles règles de gestion.
On assiste plutôt à la violation de la loi parce que ni le Gouvernement sortant, ni l’actuel Gouvernement ni même le Président de la République n’a fait une déclaration du patrimoine telle d’exigée par la loi sur la transparence financière.

– Au plan sécuritaire : les actes terroristes ont doublé d’intensité : Tourine, meurtres et enlèvements d’étranger, opérations kamikaze … du jamais vu à Nouakchott jusque là. Et pourtant, nous avons un Président puissant sur lequel tout le monde comptait pour relever le défi que l’autre Président taxé de faible n’a pu relever.

– Au plan de la réconciliation nationale : la solution que vous avez trouvée pour le règlement du passif humanitaire est une opportunité donnée aux coupables de crime de sang de se dérober de la justice et de consacrer ainsi l’impunité. Quant aux victimes vous les aurez fait souffrir davantage parce qu’elles vont se rendre compte que l’argent ne paye pas la vie d’un proche ; et la réconciliation nationale, ne peut se faire sans un dialogue national.

– Enfin Monsieur le Premier Ministre, vous avez créée une nouvelle compagnie nationale aérienne qui a déjà eue 2 Directeurs avant de démarrer. Je voudrais savoir s’il est prévu de donner la priorité aux anciens travailleurs de Air Mauritanie dans le recrutement. Je vous demande aussi pourquoi ces travailleurs n’ont pas encore pu obtenir leurs droits en entier depuis 3 ans qu’ils sont dans la rue.

Je vous remercie.

Compte rendu de Mamouny Ould Moctar

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here