Biographie de Messaoud O. Boulkheir candidat à la présidentielle de 2009

0
254

Messaoud OULD BOULKHEIR est né en 1943 à Viraa El Kitane, localité située à 50 kilomètres au sud de Néma, Capitale du Hodh El Charghi.

En 1950, il est inscrit de force au cours préparatoire à Néma, devenant ainsi le premier de sa collectivité à être admis à l’école coloniale.

messaoud-2.swf1956 : Il décroche son Certificat d’Etudes Primaires (CEP), ce qui lui permit d’entrer, en 1957, au Collège Xavier Coppolani de Rosso.

Octobre 1959 : Il passe avec succès le concours de bénévolat à la subdivision de Néma.

10 Décembre 1959 : Il participe au concours direct de Commis d’administration.

Juillet 1960 : Il est affecté à la subdivision centrale d’Atar (Adrar).
L’administrateur militant …

Août 1962 : Il exerce la subdivision de Boghé. Au cours de ce séjour, il affine ses réflexions sur la question sociale en Mauritanie et les consignes dans des cahiers qui alimenteront, plus tard, le premier tract du Mouvement El horr, fustigeant la pratique de l’esclavage et prônant la justice sociale dans le pays.

1965 : Il entre au Centre de Formation Administrative (CAF) de Nouakchott.

1966 : Il passe avec succès le concours direct de sortie du CAF avec le grade de Rédacteur de l’Administration Générale (Major de sa promotion).

1966 : Il est affecté, de nouveau, à Boghé.

1966 – 1967 : Il exerce au Cabinet du Commandant de Cercle du Brakna.

1968-1970 : Il est chef de Cabinet du gouverneur du Hodh Echargui.

1969 -1970 : Affecté à Tichitt (Tagant)

1970 -1972 : Chef de la subdivision de Maghama (Gorgol).

1973 -74 : Affecté chef d’arrondissement de Ouadane (Départeement de Chinguitti)

Octobre 1974 : Il est nommé Chef d’Arrondissement de Temessoumit (Tagant).

1975 à 1979 : Il entre à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA).

1978 : Il fonde, avec d’autres cadres haratines, le mouvement EL Horr, qu’il a toujours voulu un cadre patriotique de lutte pour la justice sociale et l’émancipation des couches défavorisées, loin de tout esprit sectaire et de tout extrémisme.

Septembre 1979 : Il décroche un Diplôme d’Administrateur Civil.

1979 -1979 : Il est Gouverneur Adjoint du District de Nouakchott.

1980 : Il est Préfet central de Rosso.

Janvier 1981 – Octobre 1984 : Il est Gouverneur du Gorgol. Au cours d’une visite du Colonel Mohamed Khouna Ould Haidalla, Chef de la junte qui gouvernait le pays à l’époque, il fit part à celui-ci, pourtant très redouté, de ses critiques sur la conduite des affaires de l’Etat et en particulier sur l’injustice sociale qui régnait en Mauritanie.

Décembre 1984 – Décembre 1984: Il est Gouverneur de Guidimakha.
Le ministre au franc-parler audacieux…

12/12/1984 – 1988 : Il entre au Gouvernement formé par le Colonel Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya comme Ministre du Développement Rural. Au cours de ce séjour dans le cercle très restreint du pouvoir, il fut remarqué par son franc-parler à la limite de l’audace et ses prises de positions courageuses, souvent en contradiction avec celle du Chef de l’Etat lui-même, pourtant connu pour ne pas supporter qu’on le contredise. Messaoud était d’ailleurs le seul membre du gouvernement à oser rappeler Ould Taya son devoir de Chef et les impératifs attachés à ce devoir.

C’est cette indépendance d’esprit et ce franc-parler audacieux qui lui valurent, sans doute, d’être congédié du gouvernement le 18 mars 1988, conservant cependant, aux yeux de ses pairs et de l’opinion nationale, l’image jamais altérée d’homme véridique au franc-parler audacieux.

L’opposant d’envergure…

1989 – 1990 : Il conduit une liste aux élections municipales de Nouakchott, réussissant l’élection de 10 conseillers sur les 37 qui composaient alors le Conseil municipal de la Capitale.

1991 : Il participe à la création du Front Démocratique Uni pour le Changement (FDUC) qui regroupait plusieurs mouvements et organisations politiques jusqu’alors opérant dans la clandestinité. Il est immédiatement arrêté et interné à Tichitt (Tagant) pendant deux mois.
Libéré, il devient Secrétaire Général de Union des Forces Démocratiques (UFD), une formation de l’opposition dont il fut l’une des principales figures fondatrices.

1995 : Il quitte l’UFD et fonde Action pour le Changement (AC), et devient son Président, faisant très rapidement de cette formation le fer de lance de l’opposition mauritanienne, en particulier dans les grandes villes (Nouakchott, Nouadhibou, Kaédi et Rosso).

1996 : Nouvelle arrestation par la Sûreté de l’Etat. Elle ne dura que 8 jours, car des manifestations réclamant sa libération éclatèrent dans tout le pays.

L’élu du peuple…

Novembre 2001 : Il est élu député à l’Assemblée Nationale avec trois autres membres de son parti, qui confirmait ainsi sa suprématie sur les autres partis de l’opposition. Ses interventions au cours des débats de l’hémicycle relayés par la radio et la télévision nationales suscitaient l’admiration et l’adhésion des populations, dont elles reflétaient les préoccupations. Elles valurent à son Parti, Action pour le changement (AC) la dissolution pure et simple.

En réaction à l’interdiction arbitraire de AC, il crée La Convention pour le Changement (CC), parti jamais reconnu par le pouvoir de l’époque.

Le patriote visionnaire…

200… : Patriote visionnaire, Messaoud Ould Boulkheir a toujours compris que son combat pour la justice sociale et le développement égalitaire était d’abord une question nationale et non la cause exclusive d’une frange donnée de la population. Il finit par réaliser une jonction historique entre les militants de son parti interdit avec ceux de l’Alliance Populaire Progressiste (APP), autour du projet stratégique de bâtir une Mauritanie plurielle où les considérations idéologiques, ethnocentristes, tribales, raciales et régionales se dissolvent dans une vision nationale du devenir commun ; une Mauritanie réconciliée avec elle-même et résolument engagée dans une dynamique de développement. Il donnait alors naissance à une des formations politiques de l’opposition les plus représentatives du spectre politique mauritanien.

L’ambition présidentielle…

Novembre 2003 : Il brigue la magistrature suprême du pays sous les couleurs de l’A.P.P et réalise le …ème score à ce scrutin.
2006 : Il est élu, de nouveau, député à l’Assemblée nationale.

Mars 2007 : Il se présente pour la deuxième fois à l’élection présidentielle, et réalise le quatrième score au premier tour.

Ralliant le candidat Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi, il devient, de l’avis de tous les observateurs, le véritable artisan de la victoire du premier Président de la République civil démocratiquement élu.

Mai 2007 : Elu Président de l’Assemblée Nationale à la majorité de 93 voix sur les 95 que compte cette chambre.

Août 2008 : Il condamne aussitôt le coup d’Etat militaire qui a renversé le Président démocratiquement élu et devient, rapidement, le véritable meneur et inspirateur des Forces démocratiques qui se sont regroupées au sein du FNDD pour s’opposer au régime putschiste et revendiquer le retour à l’ordre constitutionnel.

Mais cette position ne l’empêche pas de proposer, dès les premières semaines, une initiative de sortie de crise fondée sur un dialogue national sous la houlette de la communauté internationale, pouvant déboucher sur l’organisation d’une élection présidentielle anticipée.

L’âme d’un combat, le symbole d’une nation…

En effet 10 mois de combat pour la démocratie et contre l’autoritarisme ayant soudé davantage les populations autour de leur droit à la démocratie et au respect de leur choix, la confiance que les politiques et le peuple mauritanien ont placé en l’animateur de leur combat se son trouvés décuplés par le courage de l’homme, la sincérité de son sacrifice et la force de son engagement.

Aujourd’hui, l’homme symbolise, à lui seul, tous les rêves des mauritaniens de voir enfin le pays dépasser ses considérations archaïques et ses clivages désuets, exorciser les démons de ses contradictions historiques et des complexes du passé, se tourner résolu vers l’avenir.

Les mauritaniens l’éliront le 18 juillet prochain, et ils auront fait le choix que leur dicte leur conscience.

La Commission de Communication de la campagne du Messaoud Ould Boulkheir

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here