Ould Raiss, à propos de l’accord de Dakar : «Ce qui est écrit nous engage. Le reste, non».

0
126

Le 02 juin dernier, à Dakar, les différentes parties à la crise politique mauritanienne née du coup d’Etat du 06 aout 2008, ont paraphé un accord prévoyant, entre autres, un gouvernement d’union nationale et l’organisation d’une élection présidentielle le 18 juillet 2009.

Plus de deux semaines après ce paraphe, les clauses de l’accord de Dakar n’ont connu aucun début d’exécution. Pour donner des «éclaircissements» sur ce retard Sid’Ahmed Ould Rais, directeur de campagne et représentant du général Ould Abdel Aziz aux négociations de Dakar a tenu une conférence de presse vendredi 19 juin à Nouakchott.

«Nous réaffirmons notre attachement à cet accord. Nous sommes disposés à appliquer toutes ses clauses. Et, nous demandons à nos amis de l’opposition de l’accepter.» Au sujet du préalable de la dissolution du Haut conseil d’Etat posé par Sidi Ould Cheikh Abdellahi, Ould Raiss a dit : «Nous avons dès le départ exprimé notre position.

Nous aurions accepté si le Haut Conseil d’Etat avait un rôle politique. Aujourd’hui, ce conseil s’occupe uniquement de la sécurité. Et il est assez hasardeux de toucher à une institution sécuritaire. Cette revendication ne fait pas partie des clauses de l’accord de Dakar.»

Concernant «les clauses non-écrites, les engagements non-écrits » de l’accord, le directeur de campagne du général Ould Abdel Aziz a dit : «Dans cet accord, il n’y a que des dispositions expresses. Pour avoir été un des négociateurs, je ne me souviens pas de dispositions tacites. Pour l’opinion, ça serait d’ailleurs indécent. Ce qui est écrit dans l’accord nous engage. Le reste, non.»

Pour la mise en œuvre de l’accord, Ould Raiss reste optimiste malgré le retard. Il a affirmé : «Après tant d’efforts, il nous est interdit de revenir en arrière. L’ensemble des mauritaniens exige d’aller de l’avant. Je ne peux envisager qu’une des partie empêche la mise en œuvre de cet accord qui va dans le sens de l’intérêt de la Mauritanie.»

Au sujet de son remplacement par Mohamed Yahya Ould Horma dans les négociations avec le groupe de contact international, Ould Raiss a dit «je suis pris par la campagne»

Khalilou Diagana

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here