Discours historique du président de la République

0
46

Nous vous donnons en relecture le discours historique du président de la République, M. Sidi O. Cheikh Abdallahi, du vendredi 29 juin 2007.

Nouakchott, 29 juin (AMI)- Le Président de la République, Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi a adressé ce vendredi à la nation son premier discours, après prise de fonction, le 19 avril dernier, à la magistrature suprême de la Mauritanie.

Dans ce discours, le chef de l’Etat a abordé l’ensemble des questions de l’heure.

Voici ce discours dans son intégralité

« Chers compatriotes,
La consolidation de l’unité nationale et le raffermissement de la cohésion sociale ont été placés au premier rang des priorités du programme électoral que j’ai eu l’honneur de proposer aux suffrages de mes compatriotes lors du dernier scrutin présidentiel. Une primauté que j’ai confirmée dans la lettre de mission du Premier ministre.

Chers compatriotes,
L’unité nationale et la cohésion sociale requièrent l’instauration de la concorde entre toutes les composantes de notre peuple sur la base du respect des principes d’égalité, de justice et de dignité. Notre devoir est de faire de sorte que tous les mauritaniens puissent éprouver la légitime fierté d’appartenir à une grande nation. Qu’ils sentent que la République les protège et les traite sur un même pied d’égalité, tous sans exclusive.

Tout au long d’une riche histoire, marquée notamment par l’édification de vastes empires dont le rayonnement dépassa largement les frontières de notre pays, nos communautés ont toujours su vivre ensemble dans une fraternelle harmonie. Notre histoire récente a été cependant jalonnée de péripéties difficiles et parfois douloureuses.

Au cours des années 80, notre pays a été le théâtre d’atteintes massives aux droits de l’homme qui devaient culminer en 1989-90-91. Des citoyens mauritaniens à l’intérieur et à l’extérieur du pays ainsi que des résidents établis en Mauritanie ont été victimes d’exactions graves et injustifiées. Des populations mauritaniennes paisibles se sont vues contraintes à quitter leur pays. Des atteintes cruelles à la dignité, des abus et dénis de droit d’une grande ampleur ont été commis.

Chers compatriotes,
Je voudrais ici, au nom de la République, exprimer ma compassion à l’égard de toutes les victimes de ces années sombres. Je voudrais dire à chaque veuve, à chaque orphelin, à chaque réfugié, à chaque opprimé blessé dans sa dignité, que je partage l’intimité de leurs souffrances.

Assumer cette part d’ombre dans notre passé requière de faire preuve de tolérance et d’ouvrir dans notre histoire une nouvelle page où plus jamais ce genre de pratiques absurdes et d’un autre âge ne pourra se reproduire. C’est également pour cela que la recherche des voies et moyens appropriés pour le retour dans la dignité des concitoyens réfugiés, le règlement du passif humanitaire et l’éradication des séquelles de l’esclavage continuent de mobiliser nos efforts et notre réflexion.

Il nous faut d’abord rétablir la confiance propice à une véritable réconciliation des esprits et des coeurs. A cet effet, l’Etat assumera entièrement sa responsabilité pour assurer le retour dans la dignité de tous les citoyens actuellement réfugiés à l’extérieur du pays. Il se tiendra à côté de toutes les victimes et de leurs ayant droit pour réparer équitablement les injustices subies et permettre à tous de participer dans la dignité et l’égalité à la construction de notre avenir commun.

Tous les mauritaniens réfugiés pourront retourner au pays et bénéficieront d’un programme de réinsertion dans leurs terroirs d’origine avec l’appui du HCR, de l’Etat mauritanien, de l’effort de solidarité nationale et le concours de nos partenaires au développement. Des mesures seront mises en place pour s’assurer que tous les mauritaniens concernés pourront bénéficier de ce programme de retour organisé.

Toutes les mesures seront prises pour faciliter le retour de nos compatriotes dans leur pays. J’en appelle à l’ensemble des mauritaniens pour qu’ils se mobilisent afin de réserver à nos concitoyens de retour le meilleur des accueils possibles, dans la tolérance, la fraternité et la solidarité.

Ce faisant, notre pays montrera sa grandeur et sa capacité à résoudre ses problèmes sur la base de ses propres valeurs. Nous sortirons ainsi renforcés de cette épreuve et nous serons armés pour affronter les autres défis de la construction de l’Etat de droit.

Chers compatriotes,
Le combat pour l’égale dignité des citoyens dans un Etat de droit est aussi un combat contre l’esclavage dans toutes ses formes, traditionnelle et moderne. Pas plus tard qu’hier, le gouvernement a approuvé un projet de loi portant incrimination et répression de cette pratique abominable. Parallèlement aux efforts visant l’élimination des séquelles de l’esclavage, une grande vigilance sera observée pour réprimer les formes contemporaines de ce phénomène comme l’exploitation des mineurs, le trafic des personnes et toutes les autres formes d’exploitation de l’homme par l’homme.

Chers compatriotes,
Notre objectif est en somme d’instaurer un Etat égalitaire, où la dignité et les droits des citoyens et de tous les hommes sont pleinement respectés. Tenir la promesse d’égalité, c’est réussir l’égalité des droits et des chances, et faire en sorte que nos diversités soient vécues non pas comme un facteur d’exclusion mais bien comme un facteur d’enrichissement et que tous se reconnaissent dans les valeurs d’honneur, de fraternité, de justice, qui sont celles de notre république islamique.

Au-delà de l’horizon national, ce choix garantira à notre pays une place éminente dans le concert des nations, place par laquelle il pourra affirmer sa personnalité et son identité propres, ancrées dans son environnement arabo-africain et dans ses valeurs islamiques ».

AMI

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here