La famille Taleb Navee dénonce l’exploitation éhontée de sa douleur à des fins bassement opportunistes de la part des soutiens des putschistes

0
232

Comme pour conjurer la malédiction qui veut qu’il existe des Mauritaniens, trop nombreux, tels des moutons de Panurge, prompts à soutenir et à applaudir les premiers imposteurs, il en existe aussi pour lesquels le mot «  honneur  » a encore un sens. Parmi ces derniers, on peut compter ceux de la famille Taleb Navee qui s’étaient levés hier, à Kankossa, pour dire NON au charognards, aux fossoyeurs et au profanateurs de sépultures qui ont voulu utiliser la mort de leur fils, en brandissant son portrait dans une manifestation de l’infamie, organisée pour soutenir les putschistes alors que, au moment de sa mort, personne parmi ces zélateurs du Général limogé, n’était venu ni les soutenir ni les consoler.

La ville de Kankossa a connu hier une manifestation de soutien au Coup d’Etat organisée par le Député Kaba Ould Elewa, grand soutien devant l’Eternel du régime de Maaouya et l’un des plus emblématiques symbole de la gabegie et de la dissolution morale et politique. C’est ainsi qu’après la chute de Ould Taya, on retrouvera Ould Elewa dans les rangs du Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) le temps où ce parti était présenté comme étant le favorit des militaires et le possible parti au pouvoir au bout de la transition. Il le quittera au premier signal donné par les militaires pour enclencher l’opération « candidats indépendants » pour se faire élire Député de Kankossa. Il servira depuis comme courroie de transmission des ordres du Général limogé en direction du Bataillon Parlementaire. Depuis quelques jours il est préposé à l’organisation de manifestations populaires demandant le maintien du Président élu en prison et, le cas échéant, sa traduction devant la Haute Cour de Justice.

Les membres de la famille Taleb Navee, du nom de ce jeune garçon mort sous les balles de policiers lors des émeutes de 2007, ont fait une émouvante déclaration, au journal Essiraje, dans laquelle ils dénoncent l’utilisation de l’image de leur fils à des fins politiciennes qui n’ont aucun lien avec les conditions de sa mort. Ils s’étonnent, notamment, du zèle de ces personnes qui se découvrent un intérêt soudain à leur fils alors que lors de sa mort ils ne se sont même pas manifestés pour présenter leurs condoléances.

for-mauritania

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here