Les pionniers de l’internet planchent sur un nouveau réseau mondial

0
222

La compagnie à l’origine du réseau universitaire ARPAnet, ancêtre d’Internet à la fin des années soixante, va superviser le développement du Global Environment for Network Innovation (GENI). Un environnement qui permettra de tester de nouvelles architectures pour internet.

La société BBN Technologies, qui a participé aux tous premiers développements d’internet, est à nouveau sollicitée. La NSF (National Science Foundation) lui a confié la supervision d’un projet qui vise à concevoir une nouvelle architecture d’internet: le GENI (Global Environment for Network Innovation).

Dans ce domaine, plusieurs projets de recherche universitaire ont déjà été financés par la NSF, dans le cadre du programme FING (Future Internet Network Design). Le GENI doit leur servir de plate-forme d’essai pour tester de nouvelles idées d’architecture, qui partent complètement de zéro mais doivent préserver le réseau internet existant.

Un budget de 350 millions de dollars

Cette approche baptisée «clean-slate» est privilégiée par les chercheurs, car c’est le seul moyen, estiment-ils, de régler les problèmes d’adressage, de sécurité, de mobilité et autres qui sont survenus depuis la conception de l’architecture originale.

BBN Technologies, qui a aussi joué un rôle très important dans les débuts de la messagerie électronique, s’est vu allouer un budget de 10 millions de dollars sur quatre ans pour coordonner le projet. La mise en oeuvre du GENI devrait commencer en 2010 et coûter 350 millions de dollars.

A la fin des années 60, elle remportait un appel d’offres du gouvernement américain pour la mise en réseau de cinq universités. Ce réseau, connu sous le nom d’ARPAnet, a beaucoup essaimé par la suite, au point de constituer l’internet d’aujourd’hui.

Par Philippe Astor
Source : ZDNet France

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here