810. Communiqué de presse

0
60

Du 4 au 6 mai 2007, le Bureau national de l’Union des Forces de Progrès s’est réuni en session extraordinaire pour procéder à de larges informations, définir la politique du Parti pour la période et se pencher sur sa situation organisationnelle.

Évaluant la Présidentielle 2007, le BN de l’UFP estime que les résultats du premier tour ont été en deçà de l’influence du Parti, du fait des difficultés rencontrées dans la disposition des ressources humaines et en matière de communication, dans un contexte identitaire dominant. Cependant, le choix pour le second tour a déclenché une dynamique qui a permis de rehausser l’image de l’UFP et d’atteindre des résultats honorables et équilibrés, même si le candidat de la coalition pour le changement et le progrès a été le moins chanceux. Le BN a mandaté le CE pour réaliser le bilan de la Présidentielle 2007 dans un délai d’un mois.

Le Président de la République a prononcé un discours d’investiture qui recoupe le programme de l’UFP. La concertation entre les forces favorables au changement, au sein comme en dehors du pouvoir, a permis d’élire un bureau consensuel à l’Assemblée nationale. Le gouvernement mis en place, constitué sans concertation avec les Partis, est formé d’éléments généralement connus pour leur compétence et leur probité, ne comptant aucun des représentants du Mithaq, parmi les plus en vue du conservatisme et de la corruption. Il s’agit là de pas incontestables dans la bonne direction.
La situation actuelle de notre pays, étant donné les enjeux majeurs du moment liés à la consolidation et à l’enracinement du système démocratique, à l’unité nationale, au retour des déportés, à l’éradication de l’esclavage, à la lutte contre la corruption, au rôle et à la place des forces armées dans les institutions républicaines, nécessite la mise en place d’un gouvernement de large consensus.
Il est possible, en attendant l’émergence des conditions favorables pour atteindre cet objectif, d’envisager la mise en place de cadres de concertation pour un consensus minimal entre les Partis en présence au Parlement sur de tels enjeux. Le Président du Parti s’en est entretenu avec le Président de la République lors de l’audience qu’il lui a accordée vendredi 4 mai 2007.

Abordant la question de la place et du rôle des forces armées et des forces publiques dans un pays démocratique, le BN de l’UFP a suggéré que les mesures indispensables soient prises pour améliorer les conditions d’existence des officiers et des soldats, leur assurer un système de promotion équitable et transparent. Constatant la volonté de certains officiers de l’ex-CMJD d’exercer leur hégémonie sur la direction des affaires du pays, le BN s’est inquiété des supputations relatives à une institution chargée de la sécurité, non conforme aux lois et règles de la République.

Les scénarios découlant de l’évaluation de la situation par le BN sont les suivants : la prévalence du gouvernement technocratique actuel, les dangers de récupération par le Mithaq, l’éventualité d’un coup d’État en cas de crise institutionnelle grave et, enfin, la possibilité d’un gouvernement de large consensus.

La liaison avec les populations, en particulier les plus démunies, la prise en charge de leurs préoccupations quotidiennes ont été au centre des discussions du BN. Le BN a décidé d’accorder une attention prioritaire à ces questions, en particulier dans les secteurs spécifiques comme ceux des jeunes, des femmes, des travailleurs, des paysans et des opérateurs économiques.

Le renforcement de la coalition des forces du changement et du progrès est l’un des facteurs essentiels pour assurer le salut de notre pays. Le BN a confié au CE le soin d’élaborer une plateforme à cette fin, d’en convaincre nos alliés les plus proches et d’y gagner le maximum de Mauritaniens.

La découverte de quantités importantes de stupéfiants indique que les maffias internationales agissent dans notre pays en complicité avec des réseaux mauritaniens, révélant ainsi la criminalisation de l’économie mauritanienne. Les partis représentés au Parlement, l’ensemble des forces patriotiques et tous les Mauritaniens qui se soucient de la salubrité de notre économie, de la compétition honnête et transparente entre les opérateurs, ainsi que de la préservation de l’éthique et des valeurs morales, devront se donner la main et s’accorder sur les politiques et les mesures indispensables à l’éradication de ce fléau.

Abordant la situation internationale, le BN a réaffirmé le soutien du Parti aux justes causes du peuple sahraoui, du peuple palestinien et du peuple irakien. Il a insisté pour le retrait des troupes étrangères, pour l’application des résolutions des nations unies fondées sur le droit à l’autodétermination des peuples et leur droit à choisir leurs destins.

Le BN a décidé d’engager des réflexions approfondies sur des questions internationales capitales : la mondialisation et la politique des grandes puissances (USA, Europe, Chine, Japon), la mondialisation, les grandes institutions internationales (OCDE, Banque mondiale, FMI) et l’Afrique ; les choix pour la renaissance de l’Afrique ; l’islamisme, le terrorisme au Maghreb et dans le monde, etc.

Les questions d’organisation ont fait l’objet d’une étude attentive du BN de l’UFP. Le BN a décidé de confier le soin au CE de les approfondir, en vue d’accueillir les nouvelles forces qui désirent adhérer au Parti, de restructurer celui-ci, de le redéployer, le réorganiser et envisager la tenue des instances statutaires indispensables.

Nouakchott, le 10 mai 2007
La Présidence de l’UFP

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here